AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.Partagez | 
 

 Une eniripsa entre dans l'antre... [acceptée]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Elfelle_
Invité



MessageSujet: Une eniripsa entre dans l'antre... [acceptée]   Ven 9 Oct 2009 - 17:53

[[ Je vais donc faire reprendre le background de mon sacrieur vu que l'histoire de l'eniripsa est lié dans son background. Dans un premier temps je vais raconter son histoire, la candidature viendra ensuite.
Si le background fait une certaine taille, la candidature se tiendra sur une ligne. C'est totalement voulu. J'ai un concept du rp propre a moi même, je n'aime pas inventer des histoires qui peuvent s'écrire d'elles même. Comprendra qui pourra. Smile ]]


Crainte, terreur, chagrin...

Un jeune mais néanmoins fort sacrieur se dirigea vers le sud, à la visite de Sufokia, à la recherche de la taverne du Ripate. A son arrivé, la taverne fut remplit mais restait néanmoins presque aussi sombre que le labyrinthe maudit du guerrier légendaire... cependant l'alcool du Ripate était réputé, et cela suffisait.

Entouré de pirates, meurtriers et autres sombres mercenaires le sacrieur commanda une bière. Son regard resté fixé dans le centre de la salle, entièrement taché de sang, il évitait les autres regard afin d'éviter tout problème avec d'autre personnes. La boisson fut apporté par une jeune esclave vêtue sommairement laissant paraitre les traces de coups reçus.

La soirée passa, les habitués du bar commençaient à s'agiter. Une attraction devait s'apprêter à arriver pensa le jeune disciple sacrieur. Le plus grand consommateur de la soirée s'avança au centre de la pièce arborant un grand sourire sur son visage mal rasé. Les pirates s'agitèrent, l'attraction commença. L'esclave arriva et fut décapité devant les cris fêtards de la foule.
Il n'en croyait pas ses yeux mais cela n'émut pas le sacrieur. Après tout, cela lui aura évité une vie terrible...




Le lendemain il se rendit au port pour prendre son bateau en direction d'Amakna. Rapidement il découvrit le corps du capitaine étendu sur le sol. Il venait de se faire piller par des voleurs... Son retour annulé, il décida de passer sa prochaine soirée au même endroit que la précédente.


Il remarqua rapidement une jeune eniripsa, une nouvelle esclave couverte de coup qui serait massacré surement le soir même... elle ne devait pas avoir plus d'une dizaine d'année. Cette dernière apporta au sacrieur la bière commandée. Cependant elle trébucha et renversa la bière sur le sacrieur. "Pourquoi cette merde n'a t-elle pas immobilisé la choppe avant qu'elle tombe" pensa Rewolution, le sacrieur. Prit d'énervement, il leva sa main et s'apprêta à frapper la servante mais son comportement l'interpela; elle ne se protégea pas, ses genoux s'étalèrent contre le sol. Elle ne bougea plus, pétrifiée. Aussi, voyant le gérant arriver, il rebaissa sa main. Le propriétaire s'excusa, puis expliqua qu'elle était muette depuis son arrivé.
Enfin comme il était coutume dans la taverne, l'esclave ayant causer un dommage au sacrieur, ce serai à lui de l'exécuter, la mutilé, la torturé selon son bon vouloir.

Les pirates se levèrent, crièrent à l'excitation de voir la scène. La jeune esclave ferma les paupières essuyant ainsi une goutes de ses yeux qui ruissela le long de son visage.

Le sacrieur déploya ses grandes ailes blanches tachées de sang, brandit son épée...
... les larmes se stoppèrent
... du sang gicla...
... le cœur se stoppa...
... la tête tomba.







Doute, honte, espoir...

Une fois de plus, il avait tué. Dans le silence le plus total, la tête venait de tomber... non pas celle de la fillette comme tout le monde s'y attendait mais celle du gérant, du bourot. Les yeux de la jeune esclave fixèrent ceux de son sauveur, elle pleurait de nouveau, de joie cette fois. Elle le supplié de l'aider à partir d'ici avec les yeux. Son visage grimaçait de nouveau rien qu'à imaginer ce qu'il arriverai si elle restait ici... Les grandes ailes magiques du sacrieur se replièrent sur elle pour la protéger.

Pendant quelques secondes personne ne bougea, tout le monde se regarda. L'un d'entre eux se jeta sur la bourse du gérant espérant voler la recette de la journée. La grande majorité le suivit déclenchant ainsi une bagarre, l'autre partie se jeta sur les bouteilles.
Rewolution après une courte hésitation prit de son bras droit la jeune innocente sans manquer de lui arracher quelques bouts de peaux au vu de la brutalité du geste. Il quitta la taverne d'un marche difficile. Les dagues qu'il avait planté dans le corps l'y aidé, le sang coulait abondamment. Cependant, jamais il ne se retourna, tenant fermement l'ancienne esclave.


Quelques centaines de pas plus tard, trop faible, il la laissa tomber. Quelques pas plus tard, il s'évanoui.




Le lendemain matin, même lieu.

Le sacrieur se releva et toucha ses blessures. La seule marque encore présente était les trous dans ses vêtements et quelques cicatrices qui disparaissaient petit à petit par magie. La magie d'eniripsa, un mot de régénération sans le moindre doute.

Cependant, il observa... pas la moindre disciple d'eniripsa dans les environs, seule l'esclave muette demeurait à quelques mètres, endormit, peut-être morte. Pendant un moment il se dit que se devait être elle mais... tous les sorts d'eniripsa sont à la base de mots donc c'était impossible...

Le sacrieur resta un long moment à l'observer, son corps se courbait, elle respirait. Il trouva une couverture dans son sac et alla couvrir le corps proche de lui. Il profita d'ailleurs de cette occasion pour prendre des brioches dans son sac pour déjeuner. Il mangea en la regardant, puis à la dernière brioche, une question lui vint : "Que faire maintenant ?". Finalement, il garda la dernière brioche et la mit près de la jeune endormie.
En attendant qu'elle se réveille, il alla en direction de la mer qui n'était qu'à une dizaine de minutes à pied pour nettoyer le sang de son épée.

Pendant se temps, l'ancienne esclave se réveilla en sursaut. Voyant une couverture sur elle, elle crut tout d'abord à un rêve mais la douleur que lui procurait son bras la ramena à la réalité. Son ventre gargouilla et sur le moment même elle vu la brioche. Elle hésita. Allait-il la tuer si jamais elle la prenait? Elle resta là à attendre dans le doute.

Le sacrieur revint sans qu'elle ne l'aperçoive. Lui l'observait en train de regarder la brioche.



- Prend la donc elle est pour toi !

L'eniripsa se retourna et monta la brioche puis elle même de son index avec un regard interrogateur.

- Oui prend la.


Les traits de son visage se déformèrent pour laisser place à un grand sourire. Lentement, elle mangea la brioche pour profiter de son gout.

Le sacrieur alla s'assoir à coté d'elle. D'une voix calme et posé il dit :



- Dit tu ne m'as toujours pas dit ton nom ?

La bouche plaine, elle hocha la tête en signe d'accord.

- Quel est-il ?

Elle haussa les épaules et reprit un bout de brioche.

- Tu es bien muette alors... Il marmonne à lui même : Bon ben ça va être super...


Elle balança sa te de gauche à droite puis recommença dans le sens inverse.

- C'est toi qui m'a soigné ?

Elle hocha la tête et souria en approbation.

- Tu ne veux pas me dire ton nom ?

Après plusieurs hésitation, elle s'exprima d'une voie aigu, non sur d'elle.

- Ze... Ze... Ze... Z'aime pô porelé paceque les zens ze moque de moi...


Le sacrieur se retint de justesse d'exploser de rire.

- Ze... Ze m'appelle... Elfelle.




Aventure, chant, joie...

Le temps passait, les aventures nouvelles aussi. Le sacrieur l'amenait dans les 4 coins du monde avec lui. Progressivement, les aventures se précisaient en combats épiques. Les mots devenaient des chants, l'eniripsa les apprenait progressivement au grand damn des aventuriers qui l'accompagnait. Elle soignait de mieux en mieux...






Guerre, combat, réalité.

Le sacrieur décida un jour de se retirer, loin, en dehors de toute civilisation. Il la laissait à elle même dans les terres d'Amakna. Cependant il lui laissa des armes pour se defendre, des dagues, épées... Elle n'aimait pas cela. Finalement son choix se porta sur les marteaux, elle pouvait ainsi s'en servir pour couper des noix...
Il lui laissa des œufs de dragon, qui la protégerai disait-il... Et cela lui servit. La guerre éternelle continuait, agression au quatre coins du monde mais aussi devant chez soit était monnaie courrante. Elle défendait sa cité des Brakmariens. Plus que jamais, ces mots étaient redoutés, elle avait affronté les plus grands, monstres et guerriers et malgré son corps inapte au combat, elle était toujours vivante.
Un jour, elle se promenait en Astrub. Une ecatte arborant des ailes brakmariennes trainait également par la. Elle se fit agresser par un, puis deux, trois bontariens. Ils jouaient d'elle. L'eniripsa ne put rester la, à regarder ces... monstres faire.
Elle comprit,
se battit,
tua... les siens.






Violence, retour aux sources.

Brakmar, tard, le soir dans les ruelles toutes aussi sombres que putrides malgré le chétif éclairage des lampadaires sans nul doute vaincue par la poussière et la crasse s'opposait le corps frêle d'une eniripsa marchant à pas lents, chantonnant des mélodies de sa voie insupportable. Celle si paraissait perdue, son regard se portait attentivement sur les moindres détails des bâtiments. Parfois, elle passait devant des tavernes, la faisant frissonner et accélérer de manière notable la cadence de ses pas.

Elle était muni de son marteau, de son sac contenant ses équipement de combat et quelques babioles trouve ici et là. Sur sa tête tronnait un grand chapeau jaune trouvé dans un marché de Pandala recouvrait la totalité de son visage tendit que se tenait à ses pieds un jeune lapino aussi moche qu'insignifiant.
Après deux heures et demie, un bruit retentissant se fit entendre. Elle venait de poser son marteau, brisant ainsi les quelques carreaux se trouvant sous ses pieds. Elle sortie une carte de son sac et s'y plongea quelques instants. “Voila !” s'exclama t-elle. Elle était arrivé à l'antre des Primum Noceres. Elle tenta de pousser la lourde porte sans qu'elle ne daigne bouger. Énervée, elle grommela et la porte s'ouvrit avec fracas. Le lapino effrayé sauta sur son épaule. Elle entra.

Ne voyant personne et ne sachant où aller, elle prit son souffle. Puis dans un naturel effrayant elle se mit à crier :


BON Z'ETES OU ? JE VEUX VOUS REJOINDRE !

Le lapino tomba a la renverse, à moitié mort, choqué par le son horrible du monstre.
Revenir en haut Aller en bas
Satyrr
[Passeur] Calimerus Pwalus
avatar

Nombre de messages : 1748
Age : 30
Localisation : Chez Yopi
Elément : Sauvage
Date d'inscription : 12/12/2008

MessageSujet: Re: Une eniripsa entre dans l'antre... [acceptée]   Ven 9 Oct 2009 - 20:09

Satyrr se réveilla en sursaut. Un bruit jamais entendu auparavant et désagréable au possible venait de retentir, traversant l'épais pelage du Sadida ainsi que le paquet de cire obstruant ses oreilles. Il en avait les pwals tout hérissés.
Prudemment, il décida de se diriger vers l'endroit d'où provenait le bruit, redoutant quelque chose d'effrayant.
Cependant, c'est l'ombre d'une chétive et frêle créature qui se tenait devant l'entrée.

"Qui est-tu?" demanda Satyrr.

"..."

Une légère brise fit alors son apparition depuis l'entrée ou l'étrange créature se tenait, et atteignit les sens olfactifs de l'invocateur de poupée.
En une fraction de seconde il s'arma de son bâton, se tenant accroupis, le haut du corps incliné vers le sol. Tel était la position du Sadida paré au combat.

-"Je ne sais pas ce que tu es venue faire ici, mais un parfum angélique provient de toi... aurais-tu entretenue d'étroites relations avec ces bons à rien? Sache que si ce lien existe encore il sera difficile pour toi de fouler le sol de notre antre à nouveau."

Satyrr commençais à distinguer peu à peu les traits de l'individu. Il s'agissait d'une petite Enie, qui avait l'air apeurée par le ton menaçant pris par le Sadi.
Attendrit, Satyrr lui fit signe d'entrer et la mena dans un endroit un peu plus convivial : le bar des Noceres.

-"Tu n'a pas l'air très bavarde, aussi je t'invite à descendre quelques unes de ces bouteilles que nous avons en cave ensemble, cela déliera peut-être un peu ta langue, et d'ici là mes confrères viendrons à ta rencontre".
Le bruit d'un bouchon qui sautait se fit entendre dans la maison, les camarades du poilus n'allaient certainement pas y rester indifférent.

_________________
ça tire ...

<---s@T-<|\R=> 180 DC 0 TuTu
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mina

avatar

Nombre de messages : 184
Age : 25
Elément : Un peu de tout
Date d'inscription : 20/09/2009

MessageSujet: Re: Une eniripsa entre dans l'antre... [acceptée]   Ven 9 Oct 2009 - 20:36

Mina, la tête dans la pâtée après avoir passé la nuit à combattre férocement les moineaux de Bonta, eut une envie de Lailait frai. Frottant ses yeux endormis, elle descendit les escaliers qui menaient à la cave et entendit le bruit familier d'un bouchon qui saute.

" Toujours en train de picoler ! mais quels pochtrons ! 'Vont encore vomir partout....Et c'est encore Emo qui va nettoyer..."

Les yeux de la pauvre ecatte étaient si ensommeillés qu'ils étaient collés par des croutes, elle fit un effort surecatien pour les ouvrir (s'arracha la moitié de la paupière au passage) et aperçut enfin l'Enie.

"Elfyyyyy !!!" Hurla la jeune minette en se précipitant sur l'elfe, elle l'entoura de ses bras, la câlina, ronronna et parsema ses poils un peu partout.

"Qu'est-ce que tu fais ici ?!" s'enquit Mina après avoir à demi étouffé la naine avec ses bisous.

Voyant qu'Elfelle avait du mal à reprendre ses esprits, la minette se servit un grand bol de Lailait très frai et s'installa dans un fauteuil.


Dernière édition par Mina le Sam 10 Oct 2009 - 20:02, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elfelle_
Invité



MessageSujet: Re: Une eniripsa entre dans l'antre... [acceptée]   Ven 9 Oct 2009 - 21:06

L'eniripsa regarda puis écouta le sadida avant de lui répondre.

- Zalut ze m'appelle Elfelle ! ... Non z'ai pas envi de porter ces caisses... Trouves toi un iop, vu le bruit ils devraient vite arriver ! Puis ze zuis allerzique aux poils de zadida...





Son regard se confronta aux quatre coins de la pièce à la recherche d'un échappatoire, regard qui ne tarda pas à se poser sur la jeune ecatte. Elfelle se laissa câliner par cette dernière tout en profitant pour lui arracher quelques bisous et un sourire démesuré débarrassa le reste de son visage.

- Bah ze zuis venu pour rezoindre la Primum Nocere mais ze zais pô ou aller. chuchotte Puis y'a le sadida la qui m'embête avec ses poils mal coiffés.
Revenir en haut Aller en bas
Priscilla-Ur

avatar

Nombre de messages : 284
Age : 26
Localisation : DANS TON MOBILE
Elément : Saiks
Date d'inscription : 25/07/2009

MessageSujet: Re: Une eniripsa entre dans l'antre... [acceptée]   Ven 9 Oct 2009 - 21:26

Allongé derrière le bar, Prissou venait de se réveillé par le bruit d'une bouteille venant d'être débouché.
A moitié dans le coma, elle cru entendre la voix de Satyrr et sentir son odeur.

" Si je me réveille pas, cette idiot va finir ma bière "

Furtivement elle comença à se levé pour le prendre par suprise et lui donné une leçon, mais elle senti une autre odeur assé proche, une inconue. Elle décida alors de jeté un coup d'oeil discretement par dessu le bar. C'est alors que:

" Elfyyyyy !!! "

Prissou pensa donc:

" Ah voilà l'hystérique ! Cette eni serait l'amie de Mina ?
J'espère qu'elle n'est pas une catin elle aussi "

La belle Ecatte rose s'assoie derrière le bar, et écouta la discution en cachette de ces derniers tout en buvant une bonne bière.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elfelle_
Invité



MessageSujet: Re: Une eniripsa entre dans l'antre... [acceptée]   Dim 11 Oct 2009 - 16:31

L'eniripsa observa la deuxieme écatte entrée dans la piece. Celle-ci étant resté à l'écart l'eniripsa ne s'osa pas à aller lui parler. Les bruits d'agonies du lapino lui fit penser à le soigner. Elle pensa alors à Mina et au lailait qu'elle buvait... Surement que ca permettrait au lapino de retrouver des forces. Elle alla la voir.

- Hey, tu pourrai me passer du lailait pour mon lapino ? Il est mal en point...

L'écatte acquiesça et passa un bol de lailait à l'éniripsa. Elfelle le prit et le mit à porter du lapino qui continuait d'émettre des bruits bizarres. Il refusa de boire le lailait. L'eniripsa agacé prit le lapino et plongea son museau dans le bol remplit du liquide blanchâtre. Il s'agitait de tous les cotés.

Boit !

Finalement à regret, il finit par boire le lailait pour eviter d'y finir noyer. L'eniripsa sourira en voyant le lapino boire de toute ses forces le lailait et ainsi arrêter de gémir.

Elle retourna voir Mina et lui demanda ce qu'il fallait faire pour rejoindre la guilde. Elle lui dit d'exposer ses motivations et de se présenter. Apres avoir sortit un bout de papié, elle s'exécuta.




Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Yopimarus
[meneur retraité] Nain Bleu
avatar

Nombre de messages : 1782
Age : 29
Localisation : Paris ville lumière
Elément : le sixième
Date d'inscription : 11/02/2008

MessageSujet: Re: Une eniripsa entre dans l'antre... [acceptée]   Dim 11 Oct 2009 - 21:08

Yopimarus se tenait un peu à l'écart de la scène, afin d'observer cette eniripsa qu'il connaissait bien. Mais voyant le lapino laper son lait, il ne tint plus et se précipita hors de l'ombre. Il se rua vers la bestiole, et l'envoya valser d'un coup de pied dont seuls les eniripsas ont le secret. Puis il saisit la gamelle, et la jeta rageusement sur le corps du mammifère qui s'était écrasé contre le mur.
"Crève, gibier impotent !" Il se tourna alors vers Elfelle, qui n'avait pas encore bien compris ce qui se passait, et qui regardait un peu partout autour d'elle sans trop savoir quoi faire. L'eni bleuté s'avança d'un pas agressif vers elle, et la fixa droit dans les yeux.

"-Le lapino à l'image de sa maitresse, hein... On se serait cru pendant un moment au chenil, peuplé d'amoureux des animaux, leur donnant du lait pour les réconforter ! Si Oto Mustam serait rentré à cet instant, à la vue de ces mièvreries il nous aurait sans doute ôté nos privilèges."

Un peu calmé, en grande partie grâce au coup de pied sur la bestiole qui l'avait particulièrement soulagé, l'eniripsa reprit son souffle, et s'assit sur le comptoir. Il jeta un rapide coup d'œil vers le papier, puis reporta à nouveau son attention sur Elfelle.

"-Bien ce que je pensais... J'étais au courant que tu étais une brâkmarienne désormais, mais je n'imaginais pas te voir ici si vite. Je regrette de voir que votre maître sacrieur n'est pas avec vous, c'était un des rares ennemis charismatiques, contre qui je prenais plaisir à combattre.
Toi... Tu n'es finalement que l'héritière de ce personnage, et sans lui, tu n'aurais pas survécu jusqu'à aujourd'hui. Si tu commences à devenir plus indépendante, ta crucherie, elle, demeure... Sans oublier que tu as longtemps servie sous les ordres de la faction ennemie, et que tu n'es que depuis peu des nôtres.

Néanmoins, je pense qu'on peut obtenir quelque chose de toi. Tu possède, il est clair, une grande puissance que tu ne mets pas encore totalement à profit, du fait de ta naïveté... Tu as passé une étape, mais le chemin est encore long. Par exemple, au lieu de faire boire du LAIT à ton lapin, fais lui boire de l'alcool. C'est bien connu, l'alcool amplifie les capacités intellectuelles des êtres vivants à l'intelligence déficiente. Le conseil vaut pour toi également, bien sûr.

Quoiqu'il en soit, même si j'aurai préféré voir ton maître plutôt que toi, je pense que ta puissance nous sera utile. Reste à voir si tu pourras passer l'ultime entretien... "

Après ces paroles, l'eniripsa sauta au sol et s'éloigna, sans oublier de taper une dernière fois dans le corps du lapino qui poussa un petit geignement plaintif.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dropit
[Passeur] Rhumaddict
avatar

Nombre de messages : 1967
Age : 26
Localisation : sur Orbite
Elément : Flow
Date d'inscription : 08/03/2009

MessageSujet: Re: Une eniripsa entre dans l'antre... [acceptée]   Mar 13 Oct 2009 - 22:58

Un réveil plutôt aisé attendait Dropit cette nuit là, même si les borborygmes infâme qui s'élevaient à l'étage du dessous seraient insoutenable pour un Sadida avec la gueule de bois. Mais heureusement que le chanvre attendait tranquillement dans la boite qui se tenait sous lit.
Le Trésorier de la Primum Nocere s'assit sur le bord de son lit, se frotta les yeux et se leva tranquillement. Il se baissa au niveau du sol et attrapa le carton. Le chanvre se reposait paisiblement, l'odeur fraîche remontait jusqu'aux naseaux de l'Enutrof. Il ouvra sa commode pour y trouver ses feuilles de tournesol sauvage, et le processus de réveille commença.
Malgré la douceur de la plante, les cris ne s'estompèrent. Les yeux écarquillés, les jambes à nues, il descendit dans la salle de vie voir ce qui s'y passait. Un spectacle ordinaire s'offrait à Dropit, même si il analysait lentement la situation avec ses yeux de gauche à droite.


"Du sang, un bouchon de bouteille, des plumes blanches, un fauteuil confortable vide, des personnes ivres, un lapin sur un mur, encore du sang et ..."


Il regarda son chef d'œuvre qu'il tenait entre son index et son majeur, se frotta la tête et haussa les épaules.

°°Un Lapin ? J'ai du m'endormir sur la quantité...°° pensa-t-il.

Il continua sa dissection du foyer Nocererien, mais quelqu'un, préférablement une Eniripsa, qui déployait avec fierté de grandes ailes sombres tout en dégageant de puissantes ondes absorba son attention. Elfelle ! Il l'a connaissait depuis peu, mais constata qu'il s'agissait bien de la petite acolyte de Rewolution. Il s'approcha d'elle en faisant un détour par le lapin, bêtement aplatit sur la cloison, pour y déposer avec délicatesse sa tige embrasée et parfumée sur les lèvres du gibier, puis traîna ses bottines jusqu'au bizut.

Malsoir à toi, disciple de Djaul. Il est vrai que nous nous sommes entrevues plusieurs fois au cours de ces derniers jours, j'ai relevé que tu était toujours disposée à prêter main forte à notre communauté. Il s'est avéré que tu m'a fait très forte impression même si je n'ai jamais eu l'occasion de te voir combattre face à la racaille Bontarienne. Mais, vu la taille de ce marteau, je ne me fais pas d'histoire et je penses savoir comment tu te débrouille si j'en juge par le sang rassis qui dégouline presque encore. De gros bras son toujours les malvenues parmi nous.
Mais n'espèrent pas y trouver tes aises car le quotidien ne ressemble pas à nos minables rivales, car il me semble que tu as déjà prié pour leurs idoles. Néanmoins, ton expérience de l'escarmouche et ta sympathie porte pour moi un jugement très favorable.


Dropit acheva son monologue par un détestable clin d'œil. Il avait toujours en mémoire le fauteuil luxueux, rembourré de cheveux soyeux. Il sourit un instant et alla s'affaler tel un Don Dussang grassouillet sur le très confortable siège en fixant l'horizon avec perplexité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Une eniripsa entre dans l'antre... [acceptée]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Une eniripsa entre dans l'antre... [acceptée]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Une eniripsa entre dans l'antre... [acceptée]
» | PV Meryl | Entre dans mon antre, petite.
» Dans l'Antre de la Bête | TERMINE
» Les Mortemines
» [Fan-fiction] les toa mata entre dans la royaume de makuta version marrante

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
Primum Nocere, Antre de Brakmar, Menalt, Dofus. :: Anti-chambre * :: Orbus Extranius-
Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.Sauter vers: