AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetPartagez | 
 

 la lettre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
moi meme
Invité



MessageSujet: la lettre   Mer 26 Juin 2013 - 15:53

Le soleil était déjà haut dans le ciel. Aucun de ses rayons étaient pré-destiné à pénétrer les sombres nuages qui recouvraient les Landes de Sidimote. Une vaste zone délaissé et laissé pour compte. Une zone ou le seigneur des enfers y fit batir une forteresse. Refuge pour tous ses partisans. Si on dit d'Astrub qu'il s'agit d'un coupe gorge, Brakmar l'est encore plus. Elle y abritait de puissants démons qui n'hésitaient pas à s'entretuer. La loi du plus fort était de mise. Et lorsque retentirent les douze coups de minuits, il n'était jamais prudent de se promener seul dans les ruelles sombres de la cité pourpre.  Pourtant, parmi toutes ces créatures de la nuit, un clan s'était élevé. Une guilde dont son idéologie et sa malveillance avait fait d'eux une légende. Depuis des siecles elle n'avait qu'un seul mot d'ordre : d'abord nuire. Composé de l'élite Brakmarienne. Ils étaient facilement reconnaissable grace à leur blazon rouge sang. La Primum Nocere était plus crainte et vénéré que Djaul lui même. Rencontrer un seul de leur membre était un honneur, pouvoir en témoigner par la suite l'était encore plus.   Ils étaient loin de se douter qu'en se jour, un évènement allait perturber leur quotidien.

  Aux portes de Brakmar se tenait un peloton de soldats. Le regard rivait sur les landes, ils étaient regroupés en parfait ordre de bataille. Leur armure brillait, le commandant supreme des armées veillait a ce que chacun lustre leur plastron pour arborer fierement les couleurs du seigneur des enfers Rushu.  

Rien ne sembler prédire un mauvais présage.

  Cependant, un nuage de poussiere s'elevait sur les terres arrides de Sidimote, tel une tornade. Les Bwork qui s'étaient éloignés de leur campement pour s'installer ici s'ecartèrent pour laisser passer un vieil Enutrof chevauchant sa monture.   Il continua sa traversée frénétique jusqu'aux immenses portes de Brakmar. Bien que ses rides témoignaient de son age, il sauta avec souplesse hors de sa dragodinde. Ses cheveux d'un blanc neige étaient ébourrifés et le teint de son visage était marqué par le temps et les voyages qu'il avait du accomplir.  

Sous le regard de la garde, il sortit de son sac une poignée de poisson qu'il donna a sa monture. D'une légère tape il félicita l'animal puis réajusta ses vêtements froissés. Il avança vers les troupes qui gardaient l'entrée. Le plus grand d'entre eux fit un pas en avant et d'une voie grasse il s'égosilla.  

    - Que viens tu faire ici ? Étranger ! Il ne me semble pas que tu conviennes en ces lieux.

    - Je suis ici en mission. J'ai pour missive d'amener un courrier à l'attention de la Primum Nocere !  

    Il en fallut pas plus pour ébranler les soldats. La Primum Nocere n'était pas à prendre à la légère. Ainsi ils redoublèrent de méfiance à l'encontre du petit être au yeux perçant.  

    - Qu'y'a t'il dans se courrier ?  

    - Je ne suis qu'un simple mineur qui a fait sa richesse en minant dans des mines reculés. Tellement reculé que pas plus tard que la semaine dernière je suis tombé sur un os. Le vieil Enutrof marqua une pause pour attirer toute son attention avant de poursuivre. Bien que je sois fortuné, j'ai toujours se besoin de poser ma pioche dans toutes les mines de ce monde. Et c'est dans la mine de la vallée de la mort qui tue que je le rencontra. Il devait être la depuis des decennies sans aucun doute. Ce démon aux ailes rouge vif était assis sur un rocher surplombant la grotte. Il me fixa avec ses yeux glacial, il dégageait une aura si ténébreuse que mes jambes ont vacillé. Je m'étais retrouvé a genoux face cette force maléfique. L'air y'était à peine respirable et je me sentait comme écrasé.    

   L'intégralité du peloton était captivé par l'histoire racontait du petit Enutrof à l'exception du plus grand. En effet, il était resté sceptique.    

   - Je ne remet pas en cause ta faiblesse vieil homme. S'agenouiller de peur pour un simple regard. Mais je doute fort de la véracité de ton histoire. Si tu veux pas finir découper en morceau au fond de mon frigo tel un nourrisson je te conseille de me dire ce qui se cache dans cette enveloppe.  

    - Je suis peut être un pleutre mais je ne suis pas un guerrier habitué à la guerre. Prenez patience, je vais vous raconter la suite. Alors que je commençais à m'étouffer sous cette pression, le démon se redressa de son rocher et déploya d'immenses ailes. Il s'éleva dans un élan élégant pour venir se poser face à moi. Il posa sa main sur moi et m'aida à me sentir mieux. " Qu'elles sont les nouvelles à l'exterieur ? " Lorsque je lui raconta les derniers évènements il sortit une lettre et me fit promettre de la remettre aux membres de la Primum Nocere.  

    Un long silence suivit.  

  - Je ne crois pas une seule seconde à ton histoire. Nous n'allons pas déranger la Nocere pour une misérable lettre écrite par un clodo. Cela nous couterait la vie ! Le garde empoigna sa lance et se plaça en position offensive.  

    - Vous devriez y réfléchir et observer le cachet sur l'enveloppe. C'est le symbole de la Nocere. Seul un membre de la guilde peux posseder un tel objet. D'autant plus que sur son épaule était greffé l'ecusson de la Primum Nocere mais aussi celui des Héritier Pourpre. J'ignore de quel démon il s'agissait mais il ne fait aucun doute que c'est une personne importante au sein de sa communauté.  

    La confusion pouvait se lire dans les yeux du garde. Apres quelques secondes d'hésitation, il finit par accepter la requete.    

   - Soit ! J'amènerais moi même cette lettre au sein de la Nocere.  

    Le vieil Enutrof les salua aprés avoir tiré une révérence puis remonta sur sa dragodinde avant de disparaitre dans une tornade de poussière.      

 Le garde le plus haut gradé ordonna à son bataillon de maintenir position et de ne pas roupiller durant son absence. Sans plus attendre il se dirigea vers le coeur de Brakmar. La ou la crème de la crème avait bati leur repère. Face à l'antre de la Primum Nocere. Il frappa trois fois en espérant être épargné...
Revenir en haut Aller en bas
Wang
[Artisan] hein hein
avatar

Nombre de messages : 3742
Localisation : dans sa tête
Elément : opti
Date d'inscription : 27/11/2006

MessageSujet: Re: la lettre   Mer 26 Juin 2013 - 17:29

De longues minutes plus tard, les portes se décloisonnèrent.

Le milicien pénétra le cœur de la cité.
Sa trajectoire était certaine et nette, il se dirigea vers la tour des missives et y déposa ladite lettre, agrémentée d'un petit mot sur son porteur.

Suite à ça, le milicien ne jetait d'yeux ni à gauche, ni à droite.
Droit, il repartit immédiatement vers son guet. Il ne semble pas faire bon traîner par ici.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fr.networkanime.com/index-cat-kaos.html
moi meme
Invité



MessageSujet: Re: la lettre   Mer 3 Juil 2013 - 15:05

Aucune légende ne s'est bati en un jour. Elles ont vu le jour au fil du temps. Par des actes, des exploits ou des choix. Pour mieux comprendre mon histoire je dois vous raconter celle d'une légende.  


Ce que nous sommes nous a été légué par nos ancestres a travers le code génétique. Mais ce que nous devenons nous vient de la vie que l'on a entrepris.  


Tout commença il y'a un demi-siecle de cela. Quelque part dans les champs d'amakna. Un Sram fut recueilli par une famille d'artisan et de paysan. Retrouvé prés d'un champs de bataille, ils décidèrent de le sauver pour l'utiliser comme esclave. Élevé et entretenu comme un moins que rien sous pretexte de la pauvreté, le jeune garçon avait une alimentation réduite. Les Sram ne sont fait que d'os mais les siens semblaient pouvoir se tordre à la force du vent et n'étaient guere plus épais qu'une racine d'abraknide. Les saisons passèrent et dés lors qu'il fut en age de travailler, la famille lui ordonnèrent d'accomplir les taches les plus ingrates. Et si il ne parvenait pas à finir sa tache il était privé de repas pour la journée. Il vécu ainsi durant des années. Résigné à vivre dans la misère pour le restant de sa vie, il n'osa jamais se rebeller face à sa famille adoptive. C'était sans compter ce jour où sa vie allait basculer.   C'était un jour de grand soleil. Le printemps a laissé place à l'été. Les arbres venait de récuperer leurs feuillages. Les journée qui se rallonge. Une fois de plus le jeune Sram était de corvé, il devait aller chercher de l'eau au puit du village d'Amakna. La chaleur lui chauffait les os, heureusement pour lui, sa race ne lui permettait pas de transpirer sous l'effort. Sur le retour, il aperçut un autre Sram combattre contre deux miliciens. Avec une agilité et une parfaite précision il taillada ses adversaires de parts en parts. Sous le choc, l'adolescent fit tomber son sceau d'eau, ce qui ne manqua pas d'attirer l'attention sur lui. L'assassin arborait de puissantes ailes démoniaque etse dirigea vers lui.  

- Ca va devenir dangereux pour moi ces prochains jours. Tu vas devoir me garder cacher.     

Il n'eut d'autre choix que d'accepter sous menace de mort. Il l'amena dans la grange dont il en avait la charge. De temps à autre sa mere adoptive venait y déposer ses sacs de récolte. Personne ne le trouverais.       

La garde impériale du roi Alister effectua une recherche minutieuse et interrogea les villageois. Ils fouillèrent les environs à la recherche d'un Brakmarien. Ils questionnèrent la famille de paysan sans succé. Fasciné et intrigué, le jeune Sram se rendait régulièrement à la grange aprés ses corvées quotidienne. Il le regardait, l'observait pendant des heures sans dire un mot. Sa crainte le maintenait à distance. Le démon passait la journée à aiguiser ses dagues et à s'exercer au maniement de celle-ci. Puis un jour il prit l'initiative de parler à l'adolescent.       

- Tu as peur de moi ?     

- Oui...     

- La peur est une faiblesse en soit. Montrer sa peur c'est ce soumettre aux autres, dans un combat à mort il ne peut y'avoir de place pour la peur. Prit de simpatit pour ce jeune Sram maigrichon, le Brakmarien lui demanda son nom.
- Je m'appelle Eudin !     

- Enchanté Eudin, moi c'est Daragus. Il s'avança jusqu'à lui et remarqua certaines contusions. Tu es maltraité, pourquoi ne pas anéantir ce mal qui te ronge ?

- Je ne peux pas. Ils m'ont sauvé lors de la guerre contre les roublards. Je leur dois la vie.

- Une vie d'esclave n'est pas une vie. Daragus se saisit de sa dague argenté et la planta dans l'abdomen du tas d'os. Tout en accompagnant le jeune Sram dans sa chute mortelle, il lui dit ceci. Toi seul est maître de ton destin. Il n'appartient à quiconque. Laisse moi te liberer de cette cage. À présent meurt.     

L'adolescent gisait sur le sol, le regard vitreux. Il sentait sa vie s'échapper de ses mains. Sa vision s'assombrissait, bientot il n'y verrait plus rien. Son corps lui semblait aussi leger qu'une plume de tofu. Dans un dernier soupir il tourna la tête vers son meurtrier. Son âme demeura sans vie pendant plus d'une semaine. Lorsque Eudin reprit connaissance il remarqua que Daragus n'avait pas bougé d'un centimètre. Il était resté la,  à veiller sur lui et à s'assurer que le jeune Sram vaincrait la mort.     

- Je t'ai oté la vie. Avec celle-ci c'est envolé ta reconnaissance. Vie ta propre vie, deviens maître de ton destin.     

Le démon se dirigea vers la sortit. Eudin voulut le retenir mais la douleur etait si intense qu'il n'était pas libre de ses mouvements. Il pouvait encore ressentir la lame dans son ventre. Tout son corps était paralisé. Il resta immobile des jours durants. Quand il entreprit de rentrer chez lui, il fut accueilli non pas par des soulagements mais par un fourreaux qui lui martela le visage. D'un air menaçant son père adoptif allait lui demander des comptes. Prit de panique Eudin partit se réfugier sous la terrasse. Il était suivi de son pere adoptif qui avait attrapé une de ses créations au passage. Il était maître forgeron et avait joué un grand rôle dans la guerre contre les roublards. Derrière lui se trouvait le restant de la famille qui avançait, curieuse de connaitre le chatiment corporel qu'allait subir le jeune Sram. Sans plus attendre son pere se jeta sous la terrasse, s'ensuivit un énorme cri de douleur puis d'agonie. La famille ricanaient, consciente de la torture que devait subir le Sram. Aussi bien les enfants que les adultes trouvaient cette situation amusante. Peu aprés, le silence s'était installé. Quelque chose de rond roula en dehors de la terrasse. Sous leur regard horrifié, la tête du pere termina sa course au pied de sa femme. À leur tour, ils crièrent de terreur. Eudin sortit de sous la terrasse le visage couvert de sang, la dague fermement tenu dans sa main. Il exécuta chacun de sa famille dans une folie devastatrice. À l'exception d'un sacrieur, le seul à l'avoir traité comme son égal et à l'avoir soutenu. Les deux amis se dévisageaient, ils jugèrent l'un comme l'autre responsable de cette tuerie. Eudin savait qu'à leur prochaine rencontre il lui faudrait croiser le fer.       



Eudin jugea les pauvres responsable de sa tragédie. Si il avait été recueillit par une riche famille il n'aurait jamais enduré toutes ces années de souffrances. Ainsi il décida de voler, piller et saccager les pauvres pour donner au riche.                              



*****************      




Recherché par la garde du roi Alister, Eudin décida de quitter Amakna pour se réfugier à Sufokia. Ce fut la bas qu'il commit son premier vol. Sufokia était une petite ville portuaire, bon nombre de pêcheur aguerrit avaient trouvé leur bonheur. L'air marin venait caresser sa longue cape grise et le bruit des vagues venait bercer ses oreilles. Il était en admiration devant ce somptueux spectacle qui s'offrait à lui. Les mouettes virevoltaient au dessus de sa tête.     

Sa première victime fut un vieux panda noyé dans l'alcool. Il allait arrimer son chalutier de son chargement lorsqu'Eudin s'empara d'une de ses bouteilles, cassa le goulot et fabriqua un coktail molotov. Il lança le premier projectile explosif contre le navire. L'explosion se fit entendre dans tout le port. Perturbé, le panda voyait son gagne pain se faire engloutir par la mer. L'explosion avait fais un trou par lequel s'engouffrait l'eau. Il ne fallut que quelques minutes à la mer pour avaler le navire. Tandis que le pauvre panda tentait de sauver ce qui pouvait l'etre, Eudin se chargea de dévaliser son entrepot. Canne, poissons, boulets, il prit tout ce qui pouvait etre de valeur et disparu.     

Il séjourna dans une auberge, à l'abri des regards indiscret. Il poursuivit à commettre des vols, si bien que la rumeur se propagea dans toute la région. Les pêcheurs et villageois avaient redoublé de vigilance, ce qui rendait la tache plus difficile. Mais cela ne perturba pas Eudin qui continua à voler. À chaque vol il gagnait en assurance et plus les jours passaient plus ils commetaient des vols improbables. Le butins qu'il emportait avec lui était destiné pour de grandes guildes. Il se fit trés vite une réputation au marché noir.    Il voyagea à travers le monde. Toujours en commetant des vols au profit des plus riche. Pandala, les Zoth, les Brigandins, il réussit à piller au sein même de Bonta et de Brakmar. Eudin avait laissé place à sa folie, plus rien ne pouvait l'arreter. Au fil du temps il perfecrionna son vocabulaire et son art pour le camouflage. Jusqu'a devenir un maître de " l'ombre de Sram ". Ces méfaits s'étaient répendus partout dans le monde des XII, y comprit sur l'île frigost. Bon nombres d'aventuriers étaient à sa recherche par soif de vengeance. Certains d'entre eux avaient tout perdu ; équipements, métier, économie, bien personnel.     

Il décida de retourner sur sa terre natale aprés plusieurs années. Amakna n'avait pas tant changé depuis son départ. Comme par nostalgie il retourna dans la maison de son enfance. De nouveaux occupants y vivaient, une famille modeste. Alors qu'il se promenait dans le village il fut interpelé par deux hommes, un Iop et un Eca. Tout deux étaient membres du clan de mercenaire les Kin'mes. D'aprés l'ossature et la masse musculaire du Iop il ne faisait aucun doute que c'était lui le maître. Les miliciens furent interpelés par l'agitation. Eudin savait déja que le combat était inévitable. Alors qu'il s'appretait à subir les coups de dagues, d'épées et de lances une Sramette s'interposa. Dans une chorégraphie endiablé, elle repoussa ses assaillants et les maintenu à distance. Elle observa chacun de leur geste, attendant le moment propice pour charger. Pour elle, les miliciens étaient la priorités. Elle savait que devoir affronter un maître et son disciple allait être rude, il ne lui fallait pas étre géné. Quand elle perçut une faille, elle se jeta sur l'un d'eux et lui sectionna la gorge. Sous un geyser de sang, elle virevolta pour donner un coup fatal aux trois autres soldats. Les deux mercenaires étaient restés de marbres, observant le jeu de jambe de la Sramette. Le Iop fut le premier à s'avancer en signe de défi. Il ordonna à son disciple de se tenir à l'écart. Un duel d'une extrème violence s'apprétait à débuter. Les deux adversaires se dévisageaient en tournoyant l'un autour de l'autre. La Sramette possédait un long manteau à capuche qui recouvrait son visage, ce qui empéchait le Iop de prévoir ses intentions. Elle arreta de tourner et relacha sa vigilence. Le Iop saisit sa chance et fit un bond sur elle, mais c'était un piège, l'explosion propulsa le Iop à quelques mètre de la. La Sramette se rendit invisible et profita de ce laps de temps pour se mettre derrière lui. Elle enfonça sa dague dans le dos qui lui perfora les poumons. Il se mit à cracher du sang et ce noya dans son propre sang. Face à un tel spectacle d'horreur, le jeune apprenti n'eut d'autre choix que d'implorer son pardon. Elle hota sa capuche d'un simple geste de la main puis afficha un large sourire démoniaque. Elle sectionna les tendons de sa victime pour l'empecher de s'enfuir. Dans des cris d'atroces souffrances, elle tortura sa proie jusqu'à ce que mort s'en suive. Elle s'appretait à reserver un triste sort à Eudin mais elle ne fit rien. Elle le caressa et d'une voie cristaline elle lui posa une question.
- Quel est ton nom ?     

- Eudin ...     

- He bien ! Voila donc le célèbre Eudin. Tu n'as rien d'exceptionnel. Curieuse de le connaitre davantage, elle l'observa de la tête au pied. Toi et moi nous allons faire une bonne équipe. A compter de ce jour nous sommes un duo. Ru peux m'apeller Elorie.     

Cela n'avait pas l'air de le réjouir mais il accepta. Il était trop longtemps resté sur la route en solitaire. Une présence féminine ne serait pas de refus. Ainsi tout deux provoquèrent le chao partout ou ils passaient. Ils ne laissaient derrière eux que la désolation. A force de se cotoyer une complicité s'integra. D'abord ami, ensuite amant. De leur union naquit un bébé Sram de pure souche. Cet évènement marqua un changement radical dans leur quotidien. Ils décidèrent de s'isoler pour pouvoir élever leur enfant. C'était sans compter ce triste jour.       

Exilé dans une grotte reliant Amakna au lande de sidimote, la petite famille reçut une visite. Eudin alla à sa rencontre, dague en main. Il fut stupéfait de reconnaitre son ami d'enfance qu'il avait épargné. Le sacrieur n'avait plus rien à voir, d'innombrables cicatrices parcouraient son corps. Ses yeux étaient d'un blanc sauvage remplit de haine.

- C'est donc ici ton trou à rat !!!     

Il dégaina une épée et déchira l'épaule d'Eudin. Du sang se mit à couler le long de son bras. Le Sacrieur lécha sa lame ensanglanté avec un regard de fou furieux. Des pleurs de bébé rompirent le silence, il pencha la tête et regarda derrière le Sram. Elorie se tenait la, l'enfant dans ses bras.     

- Je comprend mieux maintenant ! Moi qui te croyais morte, tu es allé lui faire un gosse !!!     

Dans un élan de rage il attira le Sram avec ses serpents de sang puis lui infligea sa punition. Les organes interne d'Eudin implosèrent sous le choc. C'était l'art du Sacrieur. Elorie posa le bébé et se plaça au coté de son amant. Elle dégaina sa dague lentement.     

- Tu oserais t'attaquer au père de ton fils ?     

Le visage d'Eudin se décomposa. Elorie et lui auraient un fils ? Alors que le Sacrieur pouvait lire l'incompréhention sur son visage il lui donna réponce.     

- A te voir on dirait qu'elle ne t'as rien dis. Elorie était censée te tuer. Et nous avons un fils, un sacrieur lui aussi. Je vais vous tuer tous les trois et je prendrais un malin plaisir a torturer ton fils. Tu vas payer pour avoir tué ma famille.       


Un ultime face à face pour la survie de leur enfant. Un ultime face à face pour une vengeance. Le dernier combat pour l'un des deux.       


Elorie fut la première à donner l'assaut, elle se mit invisible et empoisonna le Sacrieur. Ce dernier courut se plaquer contre un mur pour éviter de se faire attaquer par derrière mais aussi pour ne pas être poussé dans un piège. Sa respiration se faisait irrégulière, il pouvait sentir les effets du poison. Elorie installa quelques pièges autours et invoqua un clone qui les déclancha tous. Un épais nuage de fumée s'élevait à l'interieur de la grotte. Le sacrieur avait encaissé tous les dommages, sa puissance augmentant en même temps. Il invoqua un chaferfu lancier pour faire diversion et maintenir le double hors de portée. Dans la foulée il invoqua une épée volante et commença à se soigner dessus en absorbant sa vitalité. L'invisibilité d'Elorie s'était estompé et d'une seule attaque, la plus puissante qu'elle est, elle détruisit l'épée et s'éloigna du Sacrieur. Elle voulait maintenir une certaine distance entre eux, elle savait qu'au combat rapproché le Sacrieur n'en ferait qu'une bouchée. Il tenta de s'en approcher mais la Sramette avait positionné plusieurs pieges. Dont un en particulier qui l'empechait de bouger librement. Elorie concentra de son énergie dans sa main pour faire apparaitre une orbe violete. Elle en jeta trois sur lui, il encaissa le choc. Elle profita de se petit moment de répit pour s'avancer jusqu'à lui et lui assainer des coups de dagues avant de disparaitre dans les ténèbres. Les entailles étaient profondes mais le Sacrieur semblait apprécier. Tout son torse était recouvert de sang. Elorie savait que face à un Sacrieur il ne fallait pas baisser l'aggressivité. Elle posa un piège mortel et le poussa dedans. Accablé par les coups il transposa son chaferfu et se soigna sur le double. Ne voulant pas relacher la pression Elorie se rua sur lui et le planta à plusieurs reprises. Le Sacrieur attrapa la main de la Sramette et lui infligea un coup de pied. Le choc fut si violent qu'elle s'écroula par terre. A genoux devant lui, le Sacrieur la souleva et lui donna une punition. L'attaque fut foudroyante, du sang lui sortait par les oreilles, les yeux, le nez. Il brandit son épée vers elle et lui ouvrit le dos de haut en bas. Elle s'écroula dans une marre de sang sous le regard excité du Sacrieur. Il s'appretait à lui donner le coup de grace lorsque Eudin se jeta entre Elorie et la lame. Il prit l'attaque de plein fouet, l'épée avait traversé son corps de part en part. Il s'aggripa fermement à elle pour qu'il ne puisse pas la retirer. Elorie dans un dernier effort se releva et saisit la seule chance qui lui restait pour donner un coup fatal. D'un coup net, à l'aide de sa dague, elle lui trancha la gorge. Les deux amis s'écroulèrent l'un face à l'autre. Eudin tendit sa main en direction du Sacrieur et il fit de même. Ensemble ils se prirent la mais et dans un regard de compassion ils partirent ensemble pour un monde meilleur. Elorie tomba sur ses genoux, le souffle court, elle savait que sa fin allait arrivé. Elle se releva et porta le bébé Sram jusque chez elle ou son premier enfant y'était.     

- Ce bébé est ton frère, prends en bien soin ...     

Ceci fut les derniers mots d'une mère, aussi cruelle soit elle.    




Deux frère de sang né dans le sang. Deux chemins, deux cités, une destinée.
Revenir en haut Aller en bas
moi meme
Invité



MessageSujet: Re: la lettre   Ven 12 Juil 2013 - 1:31

Le glas de la mort a sonné. L'heure n'est plus au temps des négotiations. Dés les premières lueurs du jour, Bonta allait être assiégé. Les factions Brakmariennes étaient parfaitement alignées en ordre de bataille, chacune sous le commendement d'un haut gradé.  

La milice Bontarienne avait reçu le signal, le tocsin retentit dans toute la cité. Il ne leur fallut que quelques temps pour organiser une défense. Leurs coeurs battaient comme les tambours d'un orchestre. Bonta fut rarement attaqué mais à chaque fois la cité blanche avait subi de lourde perte. Les petits retardataire se mirent en rang et ajustèrent leur armure. Un plan d'évacuation pour les enfants et les civils fut mis en place rapidement. Encadré par de puissants aventuriers, ils avaient la responssabilité de leur survie. De l'aide fut demandé a de grande guilde de renommé comme la hell raiser, les chevaliers d'amakna, sony greed et bien d'autres. Conscient qu'ils arriveraient tardivement.  

Le silence s'installa. Les deux armées se dévisageaient et attendaient l'une comme l'autre le signal d'assaut.Le soleil se levait, dessinant peu à peu la cime des arbres. Les ténèbres laissaient place à la lumière. La légère brise du matin couchait l'herbe. Le sifflement du vent offrait une mélodie de paix, rien ne laissait présager qu'un carnage allait se dérouler sur ces terres paisibles.  

Un rugissement venait de briser le silence. Un Brakmarien se démarqua et s'avança. C'étais un petit être porté par une belle monture. A en juger par sa barbe, cela devait être un Enutrof. Il arborait fièrement ses ailes écarlates et dans un cri de guerre, il lança la première vague. Suivit par toute une factions de démon.  

Les miliciens inspirèrent une dernière bouffée d'air frais, puis dans un cri similaire, il chargèrent. Le bruit des pas recouvraient le son du vent, puis le fraca du metal s'ajouta au vacarme. Dans une simphony mortuaire, les Brakmariens pénétrèrent l'enceinte de la cité. Les ordres étaient clairs ; paraliser Bonta un certain temps. La banque, l'arene et les ateliers furent rapidement prit d'assaut.Les miliciens étaient la basse besogne de l'armée. Ils n'étaient la que pour ralentir ou prévenir d'une attaque. Aucun d'eux n'avaient une chance face à une horde de démons. En revanche, les guerriers Bontariens qui appartenaient à un Ordre étaient d'un tout autre niveau. L'un d'entre eux reconnu le vieil Enutrof qui avait donné l'assaut et s'écria 《 John-Slater 》  

Son nom, comme beaucoup d'autres, servaient à effrayer les enfants le soir. Il etait utilisé dans de nombreux contes comme étant un tyran, le dévoreur d'àme.  

Le visage du jeune guerrier se tordit de douleur. Il reçut un coup d'épée qui lui ouvrit le ventre, laissant échapper un flot de sang. L'armée Brakmarienne s'était divisé pour maintenir position aux endroits stratégiques. Les démons dominaient.  

Ils étaient arrogant et méprisan, ainsi aprés avoir fait quelques victimes impuissantes et insignifiantes ils crièrent victoire. Seulement leur gloire n'allait durer qu'un temps. Dans une pluit de sang, trois silhouettes réussirent à ébranler les défenses Brakmariennes. Kemsha, Pretty, Neo-Blaker ainsi que leur guilde balayèrent ces mécréants qui se pensaient invincible. Le Xelor aspiarait leur énergie tandis que le sacrieur s'amuser à les découper. Ils ne laissaient aucune chance aux faibles fidèles de Rushu. Kemsha s'amusait avec ses poupées de guerre. Leurs immenses ailes témoignaient de leur grade. Habitué aux combats, braves défendeurs de prismes.  

Les pleutres existaient également du côté des Brakmariens. Préférant fuir face à une telle démonstration de force. Ce qui ne manqua pas de les amuser. Pretty les attira, Kemsha les immobilisa, Neo-Blaker les affaiblit et le reste de la guilde Hell-Raiser les acheva. Les trois amis n'étaient pas inquiet. Ils continuaient d'avancer à pas régulier. Aucun démons présent pouvaient leur tenir tête.  

Une ombre se faufila hors d'une ruelle, suivit de deux silhouettes. Vétu d'un long manteau rouge sang. Le blazon de leur guilde avait été brodé avec une finition et une précision digne des plus grands maîtres tailleurs. Celui qui ouvrait la marche tendit le bras en direction du champs de battaille, 《 Trêve 》 dit il d'une voie plate. Tout le monde s'arreta, ils étaient tous protégé par un voile invisible. Le plus petit des trois hommes avança d'abord à petit pas, puis en foulée et enfin s'élança dans les airs, jeta son manteau et grace à un don innée il usa de son sortilège de classe. Raulebaque. Les anges furent immédiatement replacés à leur place initiale. Lorsque le Xelor retomba sur ses pieds il se trouva entre les deux armées. Il fut trés vite rejoins par l'un de ses compères qui se téléporta. Puis le tout dernier sortit un tonneau qu'il lança au côté du Xelor et fut aspiré. Ils hotèrent ensemble leur capuche. Les trois plus grands guerriers Brakmariens étaient réunis. Yoshird : disciple Xelor, Malm : disciple Feca et enfin Bay-Pey : disciple pandawa.

L'arrivé de tels monstres de guerre inspira une montée de confiance aux Brakmariens rescapés. Les pleutres qui fuyaient revinrent aux côtés de leur camarade. Seulement deux saoulards en avaient décidé autrement. Chacun leur tour, ils furent foufroyés par une attaque éclair. Leur corps carbonisé sentait la chair brulé. Dropit et Centenaire, deux autres membres de la célèbre guilde Primum Nocere c'étaient joins au combat. 《 Les faibles n'ont rien à faire sur un champs de battaille 》 lacha Dropit. Un lourd silence s'installa chez les démons. Un sentiment de respects et de craintes pouvaient se lire sur leur visage. Malm, sans lacher ses ennemis du regard ordonna à ses deux complices d'aller preter mains fortes aux autres factions posté aux ateliers. D'un signe approbateur, ils partirent effectuer leur sauvetage. Malm était un fin stratège. Habitué aux combats, il a poussé sont art à la perfection. Devenu un maître de sa classe. Il c'était élevé au rang de légende. Au même titre que Jisatsu avant lui.  

Les trois valeureux Bontariens demeuraient immobiles. Cherchant une faille, une ouverture qui les aurait permi d'attaquer. Ils avaient déjà eu l'occasion de s'affronter lors de prise de prisme. Chacun connaissait la puissance de l'autre. Un respect commun c'était installé. Bien qu'ils soient ennemis, leurs convictions et leurs façon de se battre les mettaient sur un pied d'égalité. Bay-Pey fut le premier à faire un pas. 《 AlorsKem' tu t'attaques à des novices maintenant. 》dit il sur un ton rieur. Les anges gardaient le visage fermé, ne laissant apparaître aucune émotion. Puis Kemsha lui sourit en guise de réponse. D'un geste de la main elle fit pousser des herbes qui enlassèrent les pieds des démons et de l'autre elle invoqua la surpuissante. Le combat était engagé.  

A l'autre bout de Bonta, à l'atelier de forgemagie, le ménage avait été fais. Une multitude de cadavres gisaient sur le sol. Parmi eux se trouvaient quelques artisans qui étaient là pour affaire. Physalia, Wang et Gayboy avaient pris la tête du régiment. Tout ange qui approchait pour faire modifier son arme ou équipement se voyait déchiqueter sur le champs. La sentance était immédiate. Gayboy avait fais un tas, et s'était assis au sommet. Il surplombait la grande place marchande à coté. L'épée enfonçait dans la chair d'un malheureux Bontarien. Wang était adossait contre le mur, il contemplait avec dégout ce décor bien trop beau pour lui. Pendant que physalia jouait avec un maccabé. Elle le décortiquait pour répondre à sa curiosité. Ils attendaient qu'un ange se trouve au mauvais endroit, au mauvais moment. Des bruits de pas sortirent Gayboy de son état léthargique. Son visage se crispa lorsqu'il reconnut la pire vermine que Bonta puisse compter dans ses rangs. On pouvait percevoir une lueur de flamme dans ses yeux. La haine bouillait en lui. Il bondit de son tas pour faire face au sacrieur le plus detesté. Vickou et ses sbires.  

Pendant ce temps, devant l'arene, les démons tentaient de reprendre le territoire. Malm avait partagé ses boucliers. Tandis que les deux Xelors s'affaiblissaient mutuellement. Kemsha avait utilisé sa poupée gonflable qui cicatrisa les blessures superficielles. Pretty, de son côté, se concentra pour encaisser les coups et augmenter considérablement sa puissance. Autant les anges que les démons avaient les yeux rivés sur ce combat titanesque. Bay-Pey d'une simple attaque venait de détruire la gonflable. Il se concentrait ensuite sur la surpuissante qui les empéchait de se déplacer librement. Voyant le manège de ses adversaires, Pretty transposa Malm au côté de la sadinette et  se jeta sur le pandawa qui fut surpris de ce soudain assaut. Le sacrieur s'était muni d'une épée et tenta de passer au travers les boucliers. Toutes attaques furent vaines. Kemsha profita de l'occasion pour désenvouter Malm et lui asséna quelques coups de marteau. Ce dernier renforça son armure et dans un sourire démoniaque ils s'échangèrent des coups. Ils frappèrent si fort que le sol s'affaissa sous la violence du choc. Un grondement s'échappaient à chaque fois qu'ils croisèrent le fer. Alors que Malm affrontait en duel Kemsha, Bay-Pey devait faire face à Pretty. Bien que le Panda n'était pas inquiété par les attaques du sacrieur, il préféra garder une certaine distance. Il le porta et l'envoya contre le mur de l'arene. Il invoqua aussitot son pandawasta et lui ordonna expressément de retenir le sacrieur. Observant la situation désenvatageuse de son ami, Neo-Blaker invoqua un cadran. Aussitot Pretty le coopéra et chargea sur Yoshird. Les boucliers de Malm commençaient à s'estomper mais aucune frappe du sacrieur toucha le petit Xelor. En prise contre deux adversaires redoutable, Yoshird fut trés vite rejoins par son compagnon de guerre, qui sous l'effet de l'alcool avait gagné en vitesse. Malm, qui subissait les attaques de Kemsha se libéra de son emprise et posa au sol une glyphe enflammé qui embrasa aussitot une portion de l'arene. Il se téléporta auprés de ses deux acolytes et les protégèrent de nouveau avec ses boucliers. Kemsha sortit des flammes de l'enfer à une allure prodigieuse pour retourner au coté de ses amis également. La vitesse d'éxécution des attaques et des sortilèges dépassaient tout entendement. Toute action avait un but bien précis, à ce niveau la moindre erreur pouvait couter la vie à toute l'équipe. Ils profitèrent de ce léger temps de répis pour établir une nouvelle stratégie.  

La main sur son épée, le visage fermé, Gayboy était prêt à en découdre. Vickou se présenta à eux et sur un ton moqueur, il leur prédit une mort lente et humiliante. En réponse à cette provocation, Wang cracha par terre et lança un juron. Les Brakmariens se regroupèrent autours des trois Primums. Certains de leurs supériorités ils affirmèrent leur pouvoir. Seulement, Vickou était un lache, il ne se serait jamais risqué à venir provoquer sans avoir du soutiens derrière. La  guilde Perversity venait de faire son entrée. L'étaut se resserait. Physalia cherchait une échapatoire tandis que Gayboy et Wang savaient le combat inévitable. Gayboy ne pouvait plus contenir sa soif de sang, dans un rugissement il fortifia sa masse musculaire et bondit sur un pauvre iop. Le coup d'épée fut si violent que les pavets de la cité se fendirent sur une dizaine de mètres. Tel une bête enragé, il continua sa folie meurtrière. Ses pas étaient gracieux à l'image d'un balet. Dans un enchainement diabolique il réussit à mettre à mal quatre guerriers de cette médiocre guilde. Wang et physalia se joignirent à lui. Aidé par de valeureux démons, ils réussirent à leur tenir tête. Puis sous une averse de sang, Vickou se scarifia lui même le corps. Confiant de sa valeur, il engagea le combat contre le plus terrifiant des chats. Gayboy lui donna un coup d'épée de toute ses forces. Les pieds du Sacrieur s'enfoncèrent dans le sol. Il comprit alors que l'Eca n'y allait pas de mains morte et qu'il lui faudrait être plus prudent à l'avenir. Gayboy n'attendit pas une contre attaque et lui donna un second coup tout aussi violent. Le torse de Vickou fut entaillé de l'épaule jusqu'à la cuisse. Fortement blessé, le sacrieur aggrippa son ennemi et lui lança sa punition. Gayboy encaissa tant bien que mal le coup. Il tituba de quelques pas en arrière et se resaisit. Du sang lui coulait de par les oreilles et le museau. Les organnes étaient touchés, il n'avait que peu de temps pour finir ce combat à mort. En un instant le sacrieur avait retournait la tendance. Il s'approcha du félin et lui infligea de lourdes blessures. Gayboy était en proie face à une mort certaine. Dans un dernier recours il usa de sa chance, soit la prochaine attaque allait lui déchirer le corps soit elle allait lui restaurer ses entailles. Vickou leva son arme et d'un sourire macabre il frappa le chat. Il resta immobile, s'assurant de sa victoire. D'un mouvement rapide et précis Gayboy s'éloigna de son assaillant puis bondit sur lui. Il plaça toute sa force dans ce dernier coup, une dernière tentative. Vickou se déroba au dernier moment, esquivant l'attaque qui détruisit le sol sur une demi douzaine de mètre carré. Le Sacrieur disparut sous un énorme nuage de fumée que l'Eca avait provoqué. Gayboy s'éloigna pour reprendre son souffle mais son répit ne fit que de courte durée. Vickou l'attira et le roua de coups. Wang et Physalia assistèrent impuissant à se triste spectacle. Ils étaient encerclé par les membres de la guilde Perversity et n'allaient pas tarder à subir le même sort que Gayboy. Physalia avait été blessé à la cuisse et au bras, Wang avait réussit à éviter le pire. Le félin s'écroula par terre. Le visage ensanglanté, la respiration lente. Les blessures étaient profondes. Il était dans l'incapacité de bouger, pourtant il ne lacha pas son épée. Vickou se positionna au dessus de lui pour affirmer sa supériorité. Gayboy attendait son chatiment. Son regard plongeait dans celui de son bourreau. Jusqu'à la fin il aura fais preuve de détermination et de conviction. Vickou planta son arme dans sa gorge. Son geste fut brutalement arrétait avant d'atteindre sa cible. D'une grande rapidité, un vieillard l'éloigna du combat. Un troisième vieillard sortit son sac et protégea l'Eca qui avait déjà perdu connaissance. Les trois Enutrofs s'écrièrent 《 les renforts sont la 》.  

Les trois guerriers d'élites attendaient patiemment. L'armée Bontarienne commençait à repousser leur assaillant. Les démons montraient des signes de fatigue et périrent les uns aprés les autres. Malm, Yoshird et Bay-Pey ne semblaient pas ébranlé par ce qui pourrait arriver à leur confrère. Toute leur attention était portée sur Kemsha, Pretty et Neo-Blaker. Le second assaut allait être déterminant pour l'issue du combat. Malm s'immunisa et se téléporta à côté du Xelor. Il entrava le Sacrieur et la sadinette avec une glyphe puis avec son baton forgé et modifié par ses soins, il le frappa violement. Bay-Pey de sa position réussit à vulnarabiliser le Xelor. Yoshird continuait à affaiblir les deux anges du plus possible. Neo-Blaker tenta de se dégager et d'aspirer l'energie de Malm mais sa tentative fut vaine. Il encaissa les puissants coups donné par le maître Feca. Kemsha se rapprochait dangereusement de lui pour le désenvouter, Yoshird vint à son secour en se téléportant auprés de la Sadinette et usa de son sort rembobinage. Il avança alors vers son rival et lui infligea de grosse cicatrice. Affluait par les coups, Pretty n'eut d'autre choix que de sacrifier son ami pour le sauver. Comme un tofu Bay-Pey se faufila rapidement pour arriver à hauteur du petit être. Il le désenvouta et en profita pour lui sectionner le tandon du bras. Neo-Blaker souffrait mais il parvint quand même a utiliser son raulebaque. Tout le monde regagna sa place. Malm ne voulait pas relacher l'aggressivité et usa d'une glyphe enflammé pour carboniser le Xelor. Ce dernier se momifia pour se protéger des flammes incandescentes du maître Feca. Gravement blessé Pretty se plaça devant son ami mourrant pour attirer l'attention. De son côté Kemsha fit pousser un arbre de vie pour que Neo-Blaker puisse se soigner dessus. Bay-Pey porta Malm et le lança le plus loin possible. Il esquiva les attaques de Pretty et s'appretait à donner un coup mortel au Xelor mais l'impact du baton n'eut aucun résultat. Le maître Feca ne se laissait pas destabiliser et tentait de comprendre la raison d'un tel phénomène. Sa surprise fut d'autant plus grande lorsqu'un vieil ennemi prit la place de Neo-Blaker. Malm posa son regard au loin et il y perçut le Xelor au côté de Linna-Feca, également membres de la Hell-Raiser. Face à lui se trouvait Sacri-Muscl, l'époux de Linna et aussi le Sacrieur le plus imposant du moment. Yoshird usa à son tour son raulebaque pour faire revenir son frère d'arme à ses côté. La situation virait au cauchemard, les anges avaient décimé la pluspart des démons. Il ne restait qu'une poignée de valeureux guerriers.  

Centenaire, Dropit et John-Slater avaient rejoint l'atelier de forgemagie sauvant in-extremis leur ami de longue date. La situation avait changé de camps, les trois Enutrofs s'apprétaient à venger Gayboy et massacrer Vickou mais c'était sans compter l'intervention de la guilde des briards. Mickelangelo décocha une flèche qui fracassa le mur d'un batiment. Ils évitèrent les débris de justesse. Le combat était inégal et perdu d'avance. Wang attrapa la main de Physalia et profita d'un moment d'inattention pour s'enfuir au travers d'une ruelle. Les vieux saoulards montèrent sur leur monture et s'échappèrent chacun dans une direction.

Aprés plusieurs chandelles, la retraite était devenu envisageable. Malm, Yoshird et Bay-Pey se rendirent invisible. Ils saluèrent leur adversaire dans une révérence et disparurent. Ne laissant que de faible démon prit au dépourvu.  
Bonta avait été assiégé une fois de plus. Les Brakmariens avait laissé derrière eux un spectacle de désolation. L'odeur du sang et des chairs brulés empestaient la cité blanche. Des centaines de corps gisaient sur le sol, immobile, le visage défiguré par la douleur. Les démons ne réussirent pas à renverser le pouvoir mais ce jour marqua les esprits.
Revenir en haut Aller en bas
Aorewen

avatar

Nombre de messages : 1511
Age : 22
Localisation : Brâkmar.
Elément : Troll.
Date d'inscription : 20/09/2010

MessageSujet: Re: la lettre   Ven 12 Juil 2013 - 9:52

[ HRP ] La règle principale en RP c'est de ne jamais faire intervenir les autres!
De plus tu m'oublies et tu cites Muscl en meilleur Sacrieur, abstiens toi de faire saigner nos yeux.
Que le mal te pourchasse.

[ /HRP ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
moi meme
Invité



MessageSujet: Re: la lettre   Ven 12 Juil 2013 - 14:25

[ HRP ] Je présente muscl comme étant le meilleur sacrieur ange du moment. Je vous ai tous cotoyais de trés trés pret pour vous faire un minimum parler. D'ailleur je suis étonné de ne pas avoir été démasqué par doorifore. Lisez bien y'a enormément d'indice dans le 1er et deuxieme texte. Sois pas triste ao' peut etre que je ferais un écrit ou tu apparaitras  
Sur ce ne sois pas en colèrent   et bon courage au Nocerien pour le Goultard. Je vous surveille du ciel. [vous pouvez continuer à lire][/color=black]
Revenir en haut Aller en bas
Malm

avatar

Nombre de messages : 1932
Age : 25
Localisation : Dans une crêpe-party
Elément : blouge
Date d'inscription : 19/01/2011

MessageSujet: Re: la lettre   Sam 13 Juil 2013 - 12:43

[color=black] Très agréable à lire malgré que j'ai encore du mal à faire le lien entre les personnages/faits des textes 1 et 2.
Le dernier m'a particulièrement plut, parce qu'il est flatteur, évidemment, mais aussi pour la façon de raconter les combats, trek prenant ! Après pour ce qui est de Muscl et des personnages citer, c'est la vision de l'auteur, J'suis pas plus choqué que ça.

Pour ce qui est de l'auteur, on nous parle d'un enu, puis d'un sacrieur+sram. Il connaît la plupart des Nocere, Jisatsu et les héritiers pourpre. Il a dut etre la lors des assauts de bonta etant donné que le 3eme texte s'en inspire. Il n'a pas un francais parfait ce qui exclu Wang, Yopi, et toutes les crèmes litteraires de ce monde. Je pense que c'est une personne des LAP.

Je dirais Humphrey, ou bien Papy-Luke.

Alors ? ^^. [vous pouvez continuer à lire][/color=black]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
moi meme
Invité



MessageSujet: Re: la lettre   Sam 13 Juil 2013 - 19:25

Merci malmounet. Tu as tort par contre.

Je suis encore membre des noceres.

Jouons au devinette.

A la suite de ces indices vous allez vite savoir qui je suis.

Je me sers souvent d'un enu mule.
Je suis née Sram et je joue donc un sram. Mon frere joue un Sacrieur.
J'ai commencé le pvp a mon level 100. Et j'ai participé a des assauts sur Bonta.

Qui suis-je ???
Revenir en haut Aller en bas
Narhuitlalashishtom
[Passeuse] TinkyWhisky
avatar

Nombre de messages : 1714
Age : 26
Elément : Terre, mon cher Watson.
Date d'inscription : 07/03/2013

MessageSujet: Re: la lettre   Sam 13 Juil 2013 - 19:43

C'est la mer noire ?



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Centenaire
Père Calment
avatar

Nombre de messages : 1420
Age : 25
Localisation : ouvre un compte en Suisse.
Elément : Surprenant !
Date d'inscription : 29/03/2012

MessageSujet: Re: la lettre   Sam 13 Juil 2013 - 21:20

Necrophobia. Merci.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
moi meme
Invité



MessageSujet: Re: la lettre   Sam 13 Juil 2013 - 21:58

Moi meme
Revenir en haut Aller en bas
moi meme
Invité



MessageSujet: Re: la lettre   Dim 28 Juil 2013 - 21:28





Une silhouette se faufilait dans les ténèbres de Brakmar, amenant avec lui une odeur de sang. Tous ceux qui avaient le méritent de croiser son regard allaient être emporté par des cauchemars. Ses pas sur le pavé résonnaient comme un grondement. Muni d’un simple voile à capuche, sa présence était pesante. Certain de sa destination, il se dirigea au cœur de Brakmar. Où se trouvait l’Antre de la Primum Nocere. Il huma l’air, nostalgique d’un ancien temps.

Puis sans prendre la peine de frapper, il poussa les portes de l’enfer. Il traversa les couloirs, emprunta les escaliers et passa de pièce en pièce. Il frôla les murs de ses doigts, les souvenirs se bousculaient dans sa tête. Il resta de marbre.

Il arriva finalement devant une petite porte en bois. Derrière celle-ci retentissait des cris de fête. Il ferma ses yeux de glace pour se laisser bercer par cette mélodie. Dans un élan impulsif, il frappa la porte de son pied… Il s’avança au centre de la pièce sous le regard de ses anciens confrères, ôta son voile puis s’écria d’une voix d’outre tombe.


Cela fait des mois que j’attends une réponse, vous ne lisez jamais le courrier ?

Ne reconnaissez vous pas


" />
Revenir en haut Aller en bas
moi meme
Invité



MessageSujet: Re: la lettre   Dim 28 Juil 2013 - 21:30

" />" />
Revenir en haut Aller en bas
Wang
[Artisan] hein hein
avatar

Nombre de messages : 3742
Localisation : dans sa tête
Elément : opti
Date d'inscription : 27/11/2006

MessageSujet: Re: la lettre   Lun 29 Juil 2013 - 14:00

Détournant le regard de sa bière : nous avons tué le dernier crieur cet hiver. Et, de nos jours, les crieurs ne courent pas les rues. Il s'agit d'un métier bien ingrat. Reviens-tu pour endosser cette sale robe et nous faire la lecture ou reviens-tu pour faire renaître le phénix ?

Les tofus noirs couraient gaiement vers l'intrus, ils semblaient retrouver un maître...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fr.networkanime.com/index-cat-kaos.html
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: la lettre   

Revenir en haut Aller en bas
 
la lettre
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Une lettre au Commandant Alurn, adressée à toute la garde...
» Lettre en faveur des restes écarlates
» *lettre simple, à écriture rouge sang sur fond noir* Chers Gardes.
» Ouf!! - Le 16.XII.1456 - R - TOP (Lettre du maire)
» Lettre d'introduction de l'ambassadeur Flamand

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
Primum Nocere, Antre de Brakmar, Menalt, Dofus. :: Anti-chambre * :: Le Baril de Wang-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetSauter vers: