AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.Partagez | 
 

 Il était temps...[recruté]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Cent'
Invité



MessageSujet: Il était temps...[recruté]   Sam 18 Fév 2012 - 16:54

Chapitre Premier : Le Réveil.



Comme chaque aurore en cette saison, l’air de Brakmar se faisait frais et humide. Dans la ruelle de l’Agonie, à deux pâtés de maisons de l’arène brakmarienne, un amassement d’immondices débordant du trottoir jusque dans le caniveau faisait la convoitise des rats. En effet, les gardiens de l’arène avait pour mission chaque vendredi soir de sortir les carcasses des plus gros monstres du monde des Douzes, mais aussi des miliciens qui avaient péri dans ces affrontement ayant été chargé de les combattre pour réunir les étoffes et diverses ressources destinées à la confection des armures et équipements de la milice pour mener la guerre contre la Cité Blanche.

Un gros rat s’avança vers les déchets en quête de nourritures, suivi d’une demi-douzaine de ses congénères. Les petits couinements de ces bêtes se faisaient discrets. Lui et ses amis n’étaient pas les bienvenues à Brakmar étant porteur de la peste et autres maladies inconnues. Le plus gros, qui semblait être le chef, se faufila rapidement au sommet de la pile de déchets. De là haut, il pouvait voir tout ce qui lui servirait de diner. Rapidement, il vu une sorte de bout de viande, plus près d’un nez de cochon que d’une entrecôte astrubienne. Satisfait de sa trouvaille, il couru vers son repas. Une fois arrivé devant, il le renifla. Cela lui semblait appétissant, c’est pourquoi il mordilla d’un coup sec le bout le plus rouge. A ce moment là, un hurlement retentit et la pile de déchets bougea. Le rat qui avait mordu ce bout de viande compris très vite son erreur. Il descendit très vite du putride amassement et sortit de la ruelle avec ses camarades aussi vite que le tonnerre d’une Pelle de Jugement.

« Mais qu’est-ce que c’est que ce bordel ? » grommela une voix dans le tas d’immondice. Une main sortit des déchets et l’on vit se dégager la silhouette d’un vieil homme. On aurait dit que cette forme épousait l’amoncellement, mais non, il se trouvait qu’il s’était tout simplement vautré dedans tant et si bien que les gardiens ne l’avaient vu et lui avaient directement jetés dessus les carcasses de l’arène. Celui-ci mis du temps à se sortir de ces poubelles mais une fois que cet étrange personnage fut descendu de l’amoncellement, il commença à se taper les vêtements comme pour enlever la poussière qui s’était collé à son pantalon et à son chemisier. C’était un Enutrof. Une fois cela finit, il se redressa et sortit en titubant de cette sombre ruelle. Arrivé sous le lampadaire de l’une des rues principales, il regarda à droite, puis à gauche. A sa droite, il voyait au loin la milice, et à sa gauche il aperçu l’arène. En à peine quelques secondes il décida qu’il irait à gauche en direction de la taverne du Chabrulé.

En marchant, il essaya de se rappeler la soirée qu’il venait de passer et avec qui ? Il savait qu’un ami de longue date, Malm, lui avait présenté deux de ses amis proche faisant en même temps parti de sa guilde, La Primum Nocere. De nombreux pichets de bière avaient été vidés et c’est à ce moment là que l’Enutrof sentit qu’il était temps de les rendre. Justement il passa devant un enclos, c’était parfait. Il se pencha et en quelques secondes les Dragodindes qui se trouvaient dans l’enclos purent profiter du don du vieil homme. « Le dîner est servit ! » cria l’Enutrof en s’essuyant la bouche avec sa manche. Se redressant, il siffla pour arrêter un zaapi qui passait là car il savait qu’il n’était pas en état de monter Chaussette, son fidèle destrier. Avec douceur le zaapi et son conducteur s’arrêtèrent.

« Besoin d’aide Monsieur ? » demanda l’homme qui pilotait la Dragodinde aux couleurs sang et or.
Le vieil homme baissa la tête et enfonça son chapeau du sommet de son crâne jusqu’à ses sourcilles. Sans doute ne voulait-il pas être reconnu.

« Amenez-moi à la taverne du Chabrulé s’il vous plaît. »
Répondit gentiment l’Enutrof.
Puis avec une extrême finesse, le vieil homme monta sur la puissante monture et se laissa guider.


C’est après quelques minutes que celui-ci se retrouva devant la célèbre taverne de la Primum Nocere. Il se laissa glisser du flan de la Dragodinde et retomba sur le sol gracieusement. Il se retourna vers le conducteur et lui donna quelques piécettes en paiement. L’homme tendit la main, les pris et osa :
« Excusez-moi, je peux vous poser une question ? »

L’Enutrof se retournant fit un signe de tête de manière à autoriser son interlocuteur à parler.
« Vous voulez vraiment vous présenter ici ? Vous allez postuler pour rejoindre la Primum Nocere ? » Un court instant de silence se fît alors entendre, puis il reprit sa phrase d’une voix tremblotante.
La peur dans les yeux du jeune homme était visible.
« Savez-vous qu’ils sont sans pitié ? »« En effet, telles sont mes intentions mon garçon. » Répondit sèchement l’Enutrof. « En quoi cela peut-il poser un problèmes ? »

« Je ne vous conseille pas, Cent… ». Et avant même que le conducteur du zaapi eut fini sa phrase une Pelle Massacrante s’abattit sur lui. Un bruit sourd se fit entendre lorsque la pelle frappa le jeune, qui tomba de sa monture, au ventre si fort que le sang gicla sur le flan des maisons situées des deux côtés de la rue.

Avec un voix grave, il dit : « Ne prononce jamais mon nom sans que je ne me sois présenté…»
L’Enutrof ramassa les piécettes qui dans le choc avait roulé à ses pieds, pendant que la Dragodinde fuyait les lieux. Il tourna les talons en direction de l’entrée de la taverne. « Les rats auront a manger ce matin. » ajouta-t-il en se grattant le nez.
Et d’un geste sec, il ouvra la porte de la taverne et rentra.


Chapitre Second : La Requête.



La porte se referma et le vieil homme inspira un grand coup. L’air était chaud et on pouvait y sentir l’arôme de diverses bières spécialement servit dans cette taverne. Après tout lorsque l’on sert de la bière aux cactus, il est normal de se voir desservir le titre de « 1er Taverne d’Amakna ». Cependant l’Enutrof n’était pas là pour goûter les plaisirs que lui proposait l’endroit. Il s’avança un peu plus dans la pièce et l’observa avec attention. Il était venue la veille mais cette pièce ne ressemblait à rien par rapport à hier. Alors que la nuit passé il avait peiné pour trouver une table de quatre, en cette matinée il n’y avait personne à part le barman qui était occupé à nettoyer le dessous du bar et un ivrogne anonyme dans un coin de la pièce.

L’homme âgé s’avança donc jusqu’au comptoir calmement tout en continuant d’observer les lieux. A sa droite un escalier partait vers les chambres. Il comprit rapidement qu’en plus d’être une taverne mondialement connu, elle servait aussi de logis à la Nocere. A sa gauche se trouvaient les tables sur lesquelles jonchaient encore des boissons ayant servi à faire la fête hier soir. Il reconnu même la table à laquelle il avait passé la soirée mais il ne vit son manteau dérobé la veille. Dans un soupir il dit « Le scélérat, il doit être partit avec. » en pensant au nain bleu et ami de Malm qui l’avait accompagné hier. Puis il ajouta en continuant d’avancer « Il faudra donc que je change la serrure de ma maison sur Frigost et que je refasse mes papiers à la milice dans la semaine. » Malgrès cela, il ne put s'empecher d'avoir un léger sourire en se souvenant de la soirée.



Un fois arrivé au bar, il tapota avec sa main sur le bois qui semblait être de l’ébène. En se relevant brusquement de dessous le bar, le gérant se cogna la tête au comptoir et avec peine il demanda : « Oui ? Bonjour comment puis-je vous aider ? »
« Dit mon gars… » Commença le disciple Enutrof mais il fut coupé par le barman.
« Mais attendez, je vous reconnais… C’est vous qui avez chamboulé ma taverne hier soir avec Monseigneur Yopimarus, Satyrr et Malm. C’est vous qui avez couvert les murs de la cour de vomi. » Le barman fit le tour du Bar et s’avança vers l’Enutrof qui dit précipitamment.
« Ah non, ce n’est pas moi. Je m’excuse, vous devez faire erreur. » Mentit l’Enutrof.
Le serveur répliqua rapidement « Mais non pas du tout… » mais avant même qu’il ait pu finir sa phrase le vieil homme bondit en arrière et lança un sort des plus habile et pratique sur le barman, la Corruption. Une pluie d’or s’abattu sur le barman et disparu aussi vite que le bond de l’ancien. Le barman entra donc dans un état corrompu et ajouta comme si de rien n’était en retournant derrière sa caisse :
« Oui ? Bonjour comment puis-je vous aider ? »

L’Enutrof, rassuré, se rapprocha du comptoir et commença son discours.

« Bonjour, je me nomme Centenaire. Si je me permets de venir dans l’antre de la Primum Nocere c’est avant tout car je souhaite les rejoindre. Cela fait bien longtemps que j’erre seul dans le monde des Douzes et la solitude se ressens de plus en plus jours après jours. Sans compter que je suis traqué par des Pervers tous plus vicieux les uns que les autres, rêvant de me prendre à la milice de Bonta. »
Centenaire observa une pause et demanda de l’eau fraiche en pointant son doigt vers les sceaux d’eau derrière le bar. Il fut rapidement servit.
« Je me suis longuement entrainer auprès de la milice Brakmarienne. J’ai mené la 3ème section d’ailleurs sur l’ordre Oto Mustam lors de l’attaque sur la Cité Blanche, qui dura tout un week-end. » Il but une gorgée et reprit.
« Vous me direz pourquoi cette guilde ? Une grande majorité des mes compagnons de guerre ont tous été enrôlés pour leur plus grand plaisir. J’épouse parfaitement la mentalité de cette secte à caractère démoniaque et je ne demande qu’à servir les ailes sombres de notre alignement comme le fît jadis avec bravoure mes anciens que je souhaite rejoindre au panthéon des Démons. » Centenaire s’arrêta de nouveau et demanda de l’Aspirine, ces petites plantes à caractère médicinales permettant le bon rétablissement après des nuits agitées, pour effacer son mal de tête.

Pendant que le barman partit chercher ces plantes au sous-sol, le vieil homme s’approcha de l’ivrogne anonyme et fouilla rapidement dans ses poches desquelles il sortit une petite bourse. Avec un sourire, il dit « Merci mon gars, cette Aspirine, ce que ça coute cher. » et il retourna vers le bar.

Quelques secondes plus tard, on vit la tête du serveur sortir de la trappe et avec agilité il sauta hors du trou pour tendre au vieil homme en échange de la bourse une choppe avec une mixture dans laquelle flottaient des feuilles dorées. Centenaire le remercia d’un signe de tête et bu la totalité de sa choppe, puis il reprit son argumentation. « Tout ça pour dire que je souhaite ardemment rejoindre les rangs de cet élite. Je pense donc être prêt et servir avec passion ce clan. »

Le Barman qui s’était assis sur une chaise pendant ce temps pris la parole et dit : « Je vois que tes intentions sont noblement sombre, je t’invite donc a t’asseoir dans le fond de la pièce pendant que je finis de ranger cette taverne. Mais que je te prévienne, lorsqu’un postulant se présente, cela finit souvent mal pour lui. Lorsque l’on tente sa chance à la Primum Nocere, on sort de cette taverne soit en marchant avec un joli blason au dessus de sa tête, soit les pieds devant dans un cercueil en direction de la Ruelle de L’Agonie. Tu la connais toi cette ruelle ? Réfléchit calmement et habilement à chaque question qu’ils te poseront. Allez Malchance à toi j’ai encore du rangement a faire. »

Une fois les conseils du Barman retenu, Centenaire partit au fond de la pièce, s’assit sur une chaise et éteignit la flamme de la bougie posée sur la table en frappant d’un précis Lancer de Pièces la coupole servant de socle à la bougie. Le noir régnait dans la pièce et Centenaire ferma les yeux en attendant les membres de cette secte tout en prononçant à voix basse : « Postuler. Il était temps. »

Revenir en haut Aller en bas
Nowah
Miss Primum Nocere
avatar

Nombre de messages : 390
Age : 22
Localisation : Là où il te ferait plaisir, chéri.
Elément : Nuisance.
Date d'inscription : 10/01/2011

MessageSujet: Re: Il était temps...[recruté]   Dim 4 Mar 2012 - 16:29

L'air était lourd, humide et d'une chaleur étouffante. Dans les ruelles de la Cité Pourpre, les mêmes chachas crasseux miaulaient le tiraillement de leur estomac vide, alors que les mendiants affamés chassaient tout ce qui pouvait leur servir de repas. Y compris les pauvres et sales bêtes.

Étrangement, c'était une journée plutôt claire. Brâkmar apparaissait plus vile et plus laide que jamais, le soleil éclairant chacun de ses défauts, les exposant bien davantage qu'à l'habitude. Ce genre de journée plaisait aux Noceres. Elle les réveillait avec une envie de sang décuplée, provocant de furieuses rages de carnage. C'est justement d'un de ces carnages que revenait la belle troupe, les deux Passeurs présents à sa tête.

Ils marchaient, portant chacun un sac, forme et grosseur variant, dans les allées poussiéreuses menant à leur taverne favorite, bien décidés à fêter leur récente ''fête aux plumes''. Ouvrant la marche, se tenaient fièrement Physalia et Darkelius. Ces derniers discutaient de stratégies, autant militaires que séductrices, les deux échangeant et apprenant trucs divers et tactiques douteuses. Sur leurs talons, bras-dessus bras-dessous, marchaient Vodkarouge et son mari (Sa femme ?) Malm. Les mots étaient futiles ; il n'y avait qu'à intercepter un de leurs regards en coin pour comprendre ce qu'il se tramait dans l'esprit tordu des amants. Sur leur gauche, un peu en retrait, Yoshird et Nowah se disputaient à savoir qui avait récolter le plus d'écussons bontariens, jugeant à la taille de leur sac, et pariaient de fortes sommes sur celui qui aurait raison. Devant eux, près des Passeurs, lambinaient silencieusement quelques autres confrères, tous plus occupés les uns que les autres : certains à compter, d'autres à conter, ou encore à réfléchir.

Lorsque la disciple de Pandawa ouvrit finalement la porte de l'établissement, un fort relent d'alcool assaillit leurs narines habituées, en faisant sourire certains et grimacer d'autres. Les hommes se précipitèrent au bar, les femmes préférant ne pas se mêler à la marée humaine allèrent directement choisir une longue table. Commençant à discuter vivement, rapidement rejointes par leurs confrères, les membres féminins de la Nocere se décidèrent à se lever une à une pour aller se chercher un infect brevage. Lorsque ce fut son tour, Nowah remarqua une sombre présence plus à l'ombre de la pièce. Son aura ne laissait aucune doute quant à ses intentions et à son alignement. Elle reconnu même la blancheur chatoyante de sa barbe pointilleusement entretenue. Un sourire fendit son fin visage.


- Hey Centenaire ! Pourquoi tu te joindrais pas à nous ? Hurla-t-elle un peu trop fort pour la distance qui les séparait. On aurait quelques petits trucs à te parler, je crois bien !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
vOdkarOugeuhO-

avatar

Nombre de messages : 939
Age : 25
Localisation : Dans mon lit
Elément : Feu/Air/Eau
Date d'inscription : 02/04/2008

MessageSujet: Re: Il était temps...[recruté]   Dim 4 Mar 2012 - 22:57

Vodka se leva pour aller chercher son breuvage tant attendu après cette longue journée de combats avec les anges, les montres mais aussi sa pioche. Après s'être levée et avoir fait quelques pas vers le bar, Nowah cria :

- Hey Centenaire ! Pourquoi tu te joindrais pas à nous ? On aurait quelques petits trucs à te parler, je crois bien !

C'est là qu'elle l'aperçut au bar. Centenaire ? Vodka le fréquentait depuis un moment et avait eu le temps de constater son utilité et son efficacité. Elle se rappelait qu'il avait déjà mentionné son souhait de porter le blason de la Primum Nocere à leurs côtés.

"Haha.. Il vient ENFIN postuler ce vieux barbu!", pensa-t-elle en souriant.

C'est alors que le barman pris la parole pour expliquer ce que Centenaire lui avait raconté jusqu'à leur arrivée. Sur ces paroles, Vodka enchaina :

- Viens donc t'assoir avec nous, papy.

Ils se dirigèrent tous vers la table et Vodka repris sa place auprès de son âme soeur. Comme elle avait oublié de prendre sa bière au bar et qu'elle n'avait plus envie de se lever, elle prit celle de Malm et continua :

- Les raisons de ta venue ici sont convaincantes pour moi. Mais dis moi... Pourquoi avoir mis si longtemps avant de venir ? Tu avais des doutes ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Malm

avatar

Nombre de messages : 1924
Age : 24
Localisation : Dans une crêpe-party
Elément : blouge
Date d'inscription : 19/01/2011

MessageSujet: Re: Il était temps...[recruté]   Lun 5 Mar 2012 - 8:34

Tandis que Malm extirpait sa bière durement arraché de la mélé du bar, les paroles de Nowah attiraient son attention.

- Centenaire ?! Eh bhé c'est pas trop tot. Pensa t-il.

Malm le connaissait bien, un peu trop d'ailleurs. L'inutilité et l'inefficacité du vieil homme mais surtout son sarcasme n'avait que trop influancé Malm ces derniers temps.

Avec un fausse indifference le Maître & amoureux Feca s'assit auprès de sa douce, posant sa bière fraîche devant lui. Entre temps Nowah avait interrogé le barman sur la présence de Centenaire. Aucun simple homme ne résistait aux charmes de Nowah, et même les membres de la Primum mâle était toujours désorienté lorsqu'elle nous honorait par sa présence. Le barman d'ordinaire brut et désintéréssé des discussions de tavernes répondit sans attendre à l'eniripsa.

Vodka invita Centenaire à nous rejoindre à table, et elle en profita pour piquer la bière du Feca ce à quoi il réagit par un
" - De rien. " lâché pendant qu'il se levait pour aller chercher une autre bière.

Revenu proche du repas, il bu une gorgé de sa bière, il eu un relan qu'il faisa passé discretement par un hocket suite à ça, poussé par la curieusité, Malm dégna enfin s'interessé au postulant :


- Centenaire, le Barman m'a à l'instant parlé d'une soirée passé hier, d'ailleurs je me suis, humn éveillé « grâcieusement » chez Satyrr. Je ne me souviens plus vraiment, que s'est-il passé ? Raconte moi cette soirée en détail. Et d'ailleurs comment es tu rentré seul ? Raconte moi aussi s'il t'est arrivé une quelconque avanture pendant ton retour ?

Malm se rendit compte que son interrogation n'était en rien à propos de la postulation du vieux, il rajouta alors pour la forme :

- Et crois tu tenter de saouler, oui je dis bien tenter car je n'étais pas saoul,Malm devint à peine rouge soit un façon de parvenir à ses fins ? En gros tu essaies de duper notre jugement par l'alcool.

Le Feca ne se sentant pas vraiment bien, l'estomac maltraité par l'alcool de la vieille s'empressa de camoufler son mal en se servant un énorme plat de pâtes à l'huile qu'il s'engloutit le temps que l'enutrof réponde a tant de questions.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Wang
[Artisan] hein hein
avatar

Nombre de messages : 3742
Localisation : dans sa tête
Elément : opti
Date d'inscription : 27/11/2006

MessageSujet: Re: Il était temps...[recruté]   Lun 5 Mar 2012 - 9:50

Assoupi sur le comptoir, le vieil Enutrof observa la silhouette familière de Centenaire entrer dans la taverne.
.. rien d'inhabituel en somme..
...
...
...
*Gling gling GLiNK*
!!!!!
Les oreilles de l'Enutrof n'avaient pas mal entendu et ses yeux s'en s'écarquillèrent.
Le vieux Centenaire semblait approcher de son ardoise pour s'en acquitter.
Cette fois-ci, point de viande avariée, de fausse monnaie, de Dofus en stuc ou de dragodinde castrée pour faire patienter le tavernier.
Centenaire semblait avoir trouvé de l'or, du vrai, frappé par un hibanquier. Cet or avec lequel on règle les belles ardoises, les grosses ardoises, celles si proches de la vendetta.

Wang n'en revenait toujours pas, il chut de son tabouret, inconscient.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fr.networkanime.com/index-cat-kaos.html
Physalia
[Passeuse] GaGarce bordélique.
avatar

Nombre de messages : 3721
Age : 30
Localisation : Près d'Oto
Elément : Strontium
Date d'inscription : 18/06/2009

MessageSujet: Re: Il était temps...[recruté]   Lun 5 Mar 2012 - 10:53

Une terrible journée s'annonçait pour les Nocere, une journée sanglante qui ne pouvait s'amorcer sans le rituel habituel : bière pour certains, alcool fort pour d'autres, Physalia se contenta, elle, d'une liqueur de goyave bien fraîche.

Un bruit lourd venait de raisonner dans la taverne, nuls doutes, ce bruit qui devenait de plus en plus coutumier ne pouvait être que Wang. Amusée par les positions ridicules dans lesquelles le vieillard se dessinait, elle ne pu s'empêcher d'y jeter un oeil. Elle demanda à son scribe -un de ses nombreux souffifre- d'immortaliser la scène sur un parchemin, elle trouverait bien un moyen de s'en servir contre l'enutrof à barbe violette...

Toujours joyeuse avant d'entamer une journée propice à la torture, elle s'avança allègrement vers la table jusqu'à ce que son sourire se brisa en voyant l'inopportun...


Ne daigne pas t'asseoir à notre table, mécréant ! Baigné dans l'alcool, il fallu quelques instants à Centenaire pour comprendre qu'elle s'adressait à lui. Et n'espère pas me convaincre avec tes sornettes ! J'ai cru comprendre que tu nous as espionné à maintes reprises et tu oses venir ici pour, postuler ? Tu mériterai que je t'arraches les yeux et te coupes les mains !

Le regard qu'elle lui lança tout en s'approchant de sa douce Nowah ne disait autre chose que "Dégages !"

_________________
Inter arma silent leges !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rewans

avatar

Nombre de messages : 175
Elément : Exploratio & Furtum
Date d'inscription : 03/01/2009

MessageSujet: Re: Il était temps...[recruté]   Lun 5 Mar 2012 - 15:25

There is a house guilde in New Orleans Menalt they called the Rising Sun Primum Nocere.
L'artiste, le musicien, l'interprête, le poète, que Rewans n'était pas, sorti violemment de sa torpeur à cause des surplus de décidels qu'émétait l'anti-chambre, anti lieu non loin de sa chambre.
Après un court instant de profonde extrospection, il juga bon d'aller voir, après avoir reconnu plus d'une voix et plus d'une comptine familière...


Quoi ?! S'écria-t-il en voyant l'étranger discuter avec Nowah, vOdkarOugeuhO-, Malm, Wang et Physalia...

Est-ce bien lui ? demanda-t-il à ses conguildois.

Est-ce bien toi ? lui demanda-t-il.

Spiritum Agnae... Bzzzz... Antecitrus revelum !

La suivante réflexion vint suite à la suite des formules marmonées en rewanique : c'est donc bien lui.
Difficile de le croire, quand après plusieurs mois, l'espoir s'était sublimé dans l'humidité de l'air brâkmarien humidifié par les humides vapeur des bontariens que l'on pouvait voir giser près de la côte...
La cavité bucale soudainement assèchée par sa propre pensée, Rewans alla rejoindre ses cind conguildois et leur invité à la longue table réservée.


C'est ma tournée, une bière pour Centenaire et un Hydromel rafraîchi pour mes amis, je me contenterai d'un jus de fruit.

Les questions fusaient, les réponses nacelles. Il parut bon à Rewans de poser à l'enutrof une interrogation ouverte :

Hé, Centenaire ! Connais-tu la différence entre un sage et un penseur ?


La réponse stricte à la question n'intéressait pas Rewans, en revanche, il attendait beaucoup de la réponse, de sa mise en forme, de ce qu'il pourra obtenir de lui, s'il pourra rapidement cerner ses intérêts, son éthique, sa doctrine.
Son verre de jus de fruit terminé, il invita Centenaire à lui faire servir un autre verre.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cent'
Invité



MessageSujet: Re: Il était temps...[recruté]   Lun 5 Mar 2012 - 17:51

Chapitre Troisième : La Discussion commence.



Cela faisait bientôt toutela journée que Centenaire attendait une réponse de la Primum dans la taverne du Chabrulé, mais il ne s'en inquiétait pas pour autant. L'Enutrof savait que cette guilde connu pour faire patienter leurs postulants quelques jours. Seulement là, c'était Centenaire qui postulait, il était donc tout à fait normal que celui-ci ait un autre traitement. « Un autre jour ! », « Demain ! », « Arf pas ce soir. » et « Je dois brosser Chaussette ! » avaient été les réponses à chaque fois qu'un membre de la Nocere lui demandait la date de la candidature. Au contraire, Centenaire préférait se rassurer de cette attente en pensant que cette sorte de vengeance prouvait qu'il avait de l'importance à leurs yeux.

Il ouvrit les yeux et vit qu'il était toujours seul dans la pièce. Il se redressa de sa chaises, retira les pieds de la tables et commença à s'étirer. Avec toute cette attente Centenaire commençait à avoir une petite ardoise tant et si bien que le barman lui avait confisqué son Passeport Brakmarien pour éviter qu'il ne parte sans payer l'addition. Il était d'ailleurs temps pour le vieil homme de rallonger sa note. Il se leva donc et avança vers le bar lorsqu'un brouhaha se fit entendre dans l'avenue ou se trouvait la taverne. « Encore une un match de Boufbowl à l'arène ce soir ? » demanda Centenaire au serveur qui fit non de la tête en répondant « Le Boufbowl Clud de Brakmar a déjà joué hier. »
Centenaire haussa donc les épaules en pensant que c'était des gamins qui chassaient encore les poules et commanda un lait de chacha en s'appuyant sur le bar lorsque la porte s'ouvrit à la volée.

L'Enutrof ne se retourna même pas pour regarder qui était entré et continua de boire tranquillement son lait chaud, tandis que les nouveaux arrivants se divisèrent en deux groupes. Certains s’essayèrent à la table et d'autres se jetèrent en direction du comptoir. Un petit Xelor poussa si violemment Centenaire pour avoir sa bière que le vieil homme se renversa du lait sur le pantalon. « C'est malin ça, on va croire que je suis incontinent maintenant. » Le vieil homme s'écarta du groupe et sortit un mouchoir crasseux pour essuyer la tâche au niveau de son bassin. Lorsqu'il releva la tête, il se trouvait à côté d'un autre enutrof à la barbe violette. Il le reconnu assez vite. « Salutation Maître Wang, je ne t'avais pas vu avec cette foule. » Mais l'homme ne l'écoutait pas, il regardait la tache sur le pantalon de son homologue en souriant. « Ah non ce n'est pas ce que tu crois... » Mais avant même qu'il ait pu finir sa phrase un cri retentit dans la pièce.


« Hey Centenaire ! Pourquoi tu te joindrais pas à nous ? On aurait quelques petits trucs à te parler, je crois bien ! »

Le vieil homme se retourna et vit Nowah, celle qui faisait succomber toute la contrée. Rapidement il se caressa la barbe de manière à la rendre fine et blanche. Il avança donc de quelques pas et vit en s'approchant Vody qui l'invita elle aussi à s'asseoir. L'homme accéléra le pas en direction de la longue table mais se fît dépasser par Malm et qui se jeta la place assise la plus proche avec un sourire ravi et lui décrocha :

« Et crois-tu que tenter de me saouler, oui je dis bien tenter car je n'étais pas saoul, soit un façon de parvenir à ses fins ? En gros tu essaies de duper notre jugement par l'alcool. »

Centenaire sourit et répliqua affectueusement. « Malm, crois-moi, tu étais bien ivre et nous l'étions tous. Certains plus que d'autres certes, mais tu as su rester digne, ne t'en fais surtout pas. J'ai été sans doute le plus ridicule hier soir. D'ailleurs chut le barman me soupçonne toujours d'être responsable du désordre dans l'arrière-cour. En vous attendant, je l'ai tout de même aidé à passer la serpillière. » Centenaire observa une pause et regarda une fois de plus dans la pièce dans l'espoir de trouver son manteau perdu la vieille, puis il repris. « Duper ton jugement par l'alcool ? Oui ton jugement a bien été dupé mais non par moi. Notre jugement, à tous, fût dupé par l'alcool lui-même. Ce n'est pas digne de moi de de toute manière. »

Centenaire ayant finit son argumentation regarda autour de lui. Il vit de nombreux membres de la Nocere assis ou debout autour de la table. Certains riaient parce qu'un montait sur la table pour mimer la mort d'un milicien Bontarien dans l'après-midi. Deux autres plus près de Centenaire faisait une sorte de compétition à qui finirait sa bière le plus vite. Un autre encourageait ses complices dans leur concours. Il aperçu Rewans lui crier une blague mais l'homme ne connaissait la réponse et fit non de la tête. Puis Centenaire s’intéressa à une Pandawa qui elle aussi souriait en observant ses amis, c'était Physalia. Leur regard se croisa et son sourire s’effaça net. Elle lui dit alors d'un voix si froide que Centenaire pris peur et recula d'un pas.

« Ne daigne pas t'asseoir à notre table, mécréant ! Et n'espère pas me convaincre avec tes sornettes ! J'ai cru comprendre que tu nous as espionné à maintes reprises et tu oses venir ici pour, postuler ? Tu mériterai que je t'arraches les yeux et te coupes les mains ! »

L'Enutrof avala sa salive et réfléchit habilement. Cette Pandawa n'était pas tendre avec ses postulants néanmoins, il était certain qu'elle ne devait pas avoir un coeur de pierre au vu du sourire qu'elle arborait en regardant son clan quelques secondes avant. Il s'élança :

« Physalia, tu as raison, je suis un mécréant. Tu as raison, je ne suis rien. Je te rassure, je ne compte pas m'asseoir à cette table, il ne reste qu'une seule place et elle est pour toi. Je ne peux m'asseoir a vos côtés, cela signifierait que je suis à votre égal, chose qui n'est pas vrai. Je resterai donc debout si cela ne vous dérange pas. » La totalité de la table s'était tourné vers Centenaire qui continua.
« Physalia, pour ton problème espionnage, ce que j'ai malheureusement entendu n'a été dévoilé. J'ai la chance de parcourir le monde des Douzes avec un des vôtres, Aorewen, et il est évident qu'il peux arriver que j'entende des conversation privé. Je me tiendrai à l'écart à l'avenir. »
Centenaire se tourna alors vers l'intégralité des membres de la Nocere présent et continua : « Si j'ai mis du temps pour me présenter devant vous c'est avant tout parce que j'ai toujours été un grand faignant. Vous me direz donc que cela ne prend que quelques minutes de venir jusqu'à cette taverne et vous aurez raison. J'ai eu tort de ne pas venir vous parler ici en tant que postulant plus tôt. Mais ce temps est révolu. Je suis Centenaire, Maître Enutrof, et je vous assure que je suis bien prêt aujourd'hui à donner ma vie à la Primum Nocere. Je n'ai jamais eu de doute, je sais que je suis fait pour servir la Primum Nocere et Djaul, je suis vôtre. Que je sois membres ou non a la fin de cette journée, que je ressorte vivant de cette taverne avec un blason sur la tête ou torturé et humilié ce soir, je donnerai ma vie à la Primum Nocere et clamerai haut et fort sa supériorité face au reste du monde. »


Ces affirmations faites, le vieil homme glissa un clin d'oeil à la belle Nowah qui le regardait silencieusement, recula d'un pas et baissa la tête en signe d'allégeance. En regardant ses pieds il vit alors la tâche du lait encore présente. « Maudit Xelor ! » chuchota-t-il.
Revenir en haut Aller en bas
Dropit
[Passeur] Rhumaddict
avatar

Nombre de messages : 1967
Age : 26
Localisation : sur Orbite
Elément : Flow
Date d'inscription : 08/03/2009

MessageSujet: Re: Il était temps...[recruté]   Mar 6 Mar 2012 - 0:12

Dans les profondeurs de l'île de Moon, Dropit vivait d'amour et de rhum sec. Comme toujours il se retirait en ermite lorsque l'envie n'y était plus. Il devait se faire à l'idée qu'il était vieux, qu'il avait trop vieilli mais qu'il continuerai encore longtemps à se décomposer en poudre d'or.

D'après les vents de rumeurs qui soufflent sur l'est, Centenaire avait enfin montré le bout de sa barbe dans l'antre.

<< On a échangé nos places tiens, le valeureux Nocere s’exile, et l'exilé veut maintenant être un Nocere... Depuis l'temps, quel sacré branleur ! >>

Le bruit des vagues qui déferlaient sur les plages appelait sans cesse le brave Dropit aux souvenirs égarés. C'est qu'il en avait fait du chemin avec son confrère Enutrof ces derniers temps. Les rires et les combats sont bel et bien des choses qui ne se volatilisent pas.

<< Quel idiot tout de même, il le sait bien qu'il n'est pas en accord avec not' ère, il est trop nostalgique de la vielle époque et de ses musiques lassantes... Mais bon, je sais que mes frères de sang y trouveront un quelconque intérêt ! >>

Nostalgique était le mot de la situation finalement, sinon pourquoi s'abandonner à tout ces souvenirs, même peu lointain, alors qu'il comptait tourner la page une fois pour toute.

<< C'est qu'je lui ai jamais dit mais il m'a fait vivre une énième jeunesse ce p'tit Centenaire, il le sait que je veille toujours au dessus de lui... Même si mes apprentissages ne servent qu'a son vieux pote Galadil... >>

Le soleil couchant semblait éternel sur ce rivage doré. Dropit versa une larme aux bons moments qu'il aura passé avec lui et pria Djaul pour qu'a son retour, Centenaire porte la marque de la Primum Nocere.

_________________
"Juif & Bitch ! Let us, Get rich !" ©J&B Corp. 2009.
"La haine est une diablesse, elle m'invite à danser"



TeamForrainFeujBGiksdéKESKIA ! <3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yoshird
[Passeur] 3ème Zone
avatar

Nombre de messages : 1630
Age : 25
Localisation : Dans le Chud !
Elément : Foudre
Date d'inscription : 14/03/2011

MessageSujet: Re: Il était temps...[recruté]   Mar 6 Mar 2012 - 17:19

Yoshird, Xelor mais n'étant ni plus ni plus un homme laissa Nowah gagné le mérite de la destruction des Bontariens, mais en retour il demanda un baiser à l'éniripsette, en attendant sa réponse il partit chercher des bierres en accrochant un vieillard sur sa route.

En revenant, il reconnu le bon vieu Centenaire et lui rétorqua :



Te voila ici toi, auprès de nous, tu tente enfin ta chance. En as tu le mérite, l'envie, prouve le moi de par tes paroles.


Après cette brève apparition le Xelor se remis proche de Nowah en attente d'une réponse.

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
John-Slater
[Passeur] Roger Confédéré
avatar

Nombre de messages : 1670
Elément : Braconnier
Date d'inscription : 12/07/2011

MessageSujet: Re: Il était temps...[recruté]   Mer 7 Mar 2012 - 16:55

Un vacarme inhabituel retentit en dehors de la taverne. Des lames s'entrechoquèrent, le bruit sourd d'un sortilège aussi malfaisant qu'il était dévastateur faisait écho dans la taverne... Puis, le silence. John Slater entra, accompagné par la Garde d'Élite Brakmarienne. Dehors gisait les corps sans vie et à moitié brûlé de cinq jeunes brakmariens et deux bontariens qui s'étaient aventurés par mégarde dans la ville. Sans aucune pitié, tous furent tué et leurs carcasses jetées dans le Feu Noir. Le barman se dirigea vers l'Enutrof de feu, avec la ferme intention de le chasser de son établissement. Un des gardes l'en empêcha, lui coupant un bras, puis l'autre. Un autre se chargea de le replacer derrière son comptoir, le sang du malheureux avait d'ores et déjà inondé la pièce.

- Aux illustres recrues, il faut soigner son entrée, n'est-ce pas ? Commença John. Je ferai remplacer le barman, la Garde se chargera de nettoyer ses cochonneries.

L'Enutrof se trouva une chaise et s'assit à l'écart, sans commander de boisson qu'on n'aurait de toute façon pas su lui servir

- Mais je manque à tous mes devoirs... Inimitiés et autres, malsoir. Une fois de plus, la plupart d'entre vous ne peuvent résister à l'appel de l'alcool, quel manque cruel de savoir-faire. Quelle honte, même. S'abaisser aux vices primitifs et ineptes des mêmes grossiers personnages dont le corps se consument à l'extérieur. Centenaire, tu es décevant ce soir. Tu me déçois beaucoup. Il regarda la tâche suspecte sur son pantalon, John se mit à sourire et enchaîna. Motiver plus que jamais à faire partie de notre guilde ? Comme je le dis toujours, elle a ses principes et ses subtilités qui échappent aux communs des mortels. Tu vaux plus que la chair à canon qu'Oto Mustam envoie régulièrement dans les murs de Bonta. J'en suis convaincu. Tu es demeuré longtemps indécis, trop longtemps peut-être, mais peu importe, tu as gagné ta place ici, à mon sens, une place davantage méritée que pour la majorité d'entre nous. Je pèse mes mots l'ami.
Il fit signe aux gardes de partir, dehors, les corps brûlaient toujours.

- Personne ne devrait ignorer tes motivations. Tu en as assez de cette vermine purulente qui souille notre Monde. L'Ange doit périr, c'est certain. Tu n'es pas ici pour trier les lentilles et faire de la figuration dans cette lutte constante et impitoyable. J'enjoins mes camarades à ne pas perdre davantage de temps dans la parlotte, le temps c'est de l'argent. Vous devriez savoir à quoi vous en tenir avec Cent', il est fiable, plus que n'importe qui d'autre en ce Monde.

Slater se leva, replaça se chaise et salua le barman qui semblait avoir perdu connaissance. Dehors il ne restait plus que des cendres, l'Enutrof sorti et s’éclipsa dans la pénombre d'une ruelle, sans mot dire.


_________________
#BackInBusiness
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://johnslater117.wordpress.com/
Yopimarus
[meneur retraité] Nain Bleu
avatar

Nombre de messages : 1779
Age : 29
Localisation : Paris ville lumière
Elément : le sixième
Date d'inscription : 11/02/2008

MessageSujet: Re: Il était temps...[recruté]   Sam 10 Mar 2012 - 6:57

Les chafers tremblaient. Leur maître, Yopimarus, était d'une humeur massacrante. Tous ses sbires étaient partis se saouler à la taverne, tandis que les Bontariens avaient lancé un assaut sur les prismes de l'île d'Otomai. Le repaire était lui devenu un véritable capharnaüm, où s'entremêlaient bières, reliques, baves, cadavres, lapinos, laines, cawottes, excréments, corbacs, et d'innombrables déchets que ses membres avaient coutume de laisser continuellement trainer, sans se soucier du bien-être de qui que ce soit: les seuls à dormir ici étaient les ivrognes, et Satyrr. Dans les deux cas, dormir au milieu de déjections ne les gênaient pas. Les chafers avaient été chargés de construire un piège à corbac pour les besoins impétueux et impérieux du meneur, mais ceci avait été fait au détriment de l'entretien général. Yopimarus fulminait donc en contemplant ce repoussant tableau, où la vermine cohabitait l'immondice. Sans un mot, il se dirigea vers la sortie, décidé à ramener ses troupes; les chafers s'écartèrent en tremblant: sans aucun doute, ils savaient que les os de l'un d'entre eux serviraient ce soir à construire un meuble. Pour l'heure, Yopimarus préférait qu'ils soient encore tous présents pour nettoyer ce désastre. Son pragmatisme prévalait encore à sa furie.

Arrivé à la taverne du Chabrulé, il frissonna d'énervement en entendant les rires joyeux qui se faisaient entendre à travers la porte. Il croisa alors John-Slater, qui venait de sortir. En voyant le rictus venimeux de l'eniripsa, l'enutrof se figea. D'une voix glaciale, Yopimarus lui demanda d'expliquer ce qui se passait à l'intérieur, ce que l'enutrof fit docilement en lui expliquant la situation et en lui répétant les échanges qui avaient eu lieu entre Centenaire et ses confrères, avant de s’éclipser. Sur ces entrefaites, Yopimarus ouvrit la porte de la taverne brutalement. L'agitation ambiante laissa toutefois son entrée inaperçue, et son regard haineux se promena sur la bande de soiffards qui discutait gaiement. Furieux de n'être pas remarqué, l'eniripsa prononça d'une voix rauque un mot de silence. Alors seulement le calme se fit.


-Une véritable grappe de vermisseaux émoustillés... commença-t-il en détachant ses mots fielleusement. Nos ennemis sont en train de ruiner nos efforts de la nuit passée, et vous, crétins se baignant dans les vignes de Djaul, vous, éponges ambulantes, vous préférez pavoiser tranquillement... Allez donc vomir tout ce que vous avez pu ingurgiter ici sur les larbins de Jiva qui ont envahi l'île d'Otomai, ou vous risquez de voir Rushu de -trop- près.

Puis l'eniripsa se tourna rageusement vers Centenaire:

-Quant à toi, on m'a expliqué la raison de ta présence ici. Après tous ces longs mois à tergiverser, tu t'es enfin décidé à tenter ta chance. Et tu expliques la raison de ce délai par la fainéantise ? Effectivement, cela semble être une de tes premières qualités, puisque tu n'as même pas pris la peine de te déplacer jusqu'à notre repaire, pourtant accessible à tout ceux qui veulent bien s'y aventurer. Peut-être était-ce de la couardise également, non ? Ou alors pensais-tu que ce lieu infâme était notre antre, et dans ce cas, c'est bien de stupidité dont tu es rempli. Si nous n'avions pas combattu ensemble, je t'enverrais chercher immédiatement ton bonheur ailleurs. Mais je connais ton dévouement à Brâkmar, et force est de constater que tu possèdes certains atouts qui peuvent nous être utiles, étant donné qu'après ces longs mois où tu nous as côtoyé, tu es encore en vie. Mais ne sois pas présomptueux, et prends garde à ne pas te reposer sur tes acquis: dans l'épreuve qui t'attend, tu seras comme n'importe quel postulant: le fait de connaître certains d'entre nous ne te sera d'aucune utilité, seules ta valeur et tes aptitudes réelles entreront en compte. Que cela reste gravé dans la flasque molle qui te sert de cerveau. Nous nous reverrons bientôt.

Sans attendre de réactions des occupants de la salle, le meneur sortit de la taverne d'un pas rapide, décidé à purger sa haine contre les corbacs capturés par les chafers. Le plumage était décidément son activité favorite.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Il était temps...[recruté]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Il était temps...[recruté]
» Il était temps...
» Il était temps...
» Il était temps... Petit navire !*
» J'imaginais qu'il était temps, mais bon, je" quitte "la team

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
Primum Nocere, Antre de Brakmar, Menalt, Dofus. :: Anti-chambre * :: Orbus Extranius-
Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.Sauter vers: