AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.Partagez | 
 

 Obsession. [recrutée]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Nowah.
Invité



MessageSujet: Obsession. [recrutée]   Dim 21 Nov 2010 - 2:56

L’air était humide, les draps froissés. La pièce de pierres sombres dégageait une exquise odeur de chair comblée. Son mari semblait dormir, épuisé de cette nuit sans pareil. Semblait. Nowah, quant à elle, par le vitrail poussiéreux de leur chambre, s’extasiait devant la beauté inimitable de la Cité Pourpre. Ses hautes tours couronnées d’aiguillons recourbés, là où l’on pouvait facilement imaginer des corps suspendus, se vidant de leur être dans chaque goûte de sang venant orner le sol de dalles de Brâkmar la Sanglante. Un délicieux frisson fit s’hérisser sa peau nue. Elle détourna les yeux et les posa sur sa couche. Depuis sa récente entrée dans une communauté dont elle ne connaissait presque rien, Darkelius, autant il pouvait être introuvable le jour, que la nuit venue il était ardent. Cette condition qui l’obligeait au silence était des plus troublantes. La curiosité qui l’assaillait l’était tout autant. S’armant de sa mimique la plus coquine, elle vint se glisser sous la couette pour tenter de lui tirer les vers du nez. Il ne la connaissait que trop bien. À peine eut-il ouvert un œil, pour ensuite le refermer, qu’il lui avait déjà répondu :

- C’est peine perdue, douce succube.

Son air changea. Souriant de manière nonchalante, d’entre le matelas et la tête du lit, elle fit glisser hors de sa cachette un stylet aiguisé comme une dent de Mufafah. Enfourchant son promis, elle vint l’embrasser goulûment, profitant de la baisse de sa garde pour subtiliser la dague jusque sous sa gorge, y appuyant la pointe de la lame. S’arrêtant brusquement, agréablement surpris par sa femme, il lui dévoila son sourire le plus pervers. Refusant toujours de divulguer quoi que ce soit par son constant mutisme, il tenta de saisir la main armée qui s’enfonça encore un peu jusqu’à l’entailler et faire perler son sang le long de la surface argentée. Esquissant une grimace, il reposa sa main sur le matelas, laissant son hémoglobine tacher son ventre de quelques cercles écarlates.

- Toujours pas ? Minauda-t-elle.

Elle cligna des yeux. Erreur. Ce fut assez pour qu’il se saisisse de son poignet et vienne retourner la lame contre son ventre. Elle se renfrogna et desserra ses doigts de sur la garde du stylet. Ce dernier roula et tomba au sol. Quelques minutes passèrent où ils restèrent ainsi, Nowah vulnérable et son mari n’osant dire mot, se contentant de l’observer, l’air de dire qu’il aurait toujours le dessus dans ce genre de situation. Il riait bien, en dedans, elle le savait. Quand il tenta de l’enlacer fougueusement, de s’emparer d’elle, elle se débattit, le griffant au visage et enfonçant ses pieds dans son abdomen. Son rire amusé percutait les murs, ces souffrances ne faisant que le motiver. Elle finit par se dérober à lui, furieuse, et ramassa ses vêtements après avoir bondit au sol. Du regard du Sacrieur émanait toujours cette lueur de furie passionnelle. Elle leva le nez sur sa défaite conjugale et tourna les talons vers la sortie, les escaliers n’étaient pas loin. Elle entendit une dernière fois le rire étouffé du disciple de Sacrieur et claqua la porte derrière elle.

L’odeur de souffre et de sang qui emplit ses narines ne fit que décupler sa rage. Cette obsession par rapport à la Primum Nocere s’en allait grandissante à toutes les secondes où ce nom se répétait dans son esprit. Primum Nocere, Primum Nocere, Primum Nocere. Qu’était-ce ! Une secte ? Une confrérie ? Un culte ou bien une religion ? Une Guilde, ça oui, mais c’est tellement vague comme terme ! Un soleil rouge perçait, déclinant dernière la Tour de Brâkmar, ensevelissant la ville sous un perpétuel voile sombre et mystérieux, provoquant délires et cris de terreur qui étaient chantants à ses oreilles pointues. La plus belle des hymnes qui soit, l’hymne à la souffrance, au désespoir, celle que l’ont tirait des agonisants et des morts. Brâkmar la Rouge, destructrice, enivrante, si belle de cette robe tissée de satin de chair et d’esprits tourmentés. Ses habitants vivent de la loi du plus fort, du sang des plus faibles et de l’eau de leurs puits de lave. Ceux qui n’arrivent pas à suivre meurent ou pire encore : S’exilent vers la Cité Blanche. De ridicules ailes immaculées qu’ils pensent bien porter, qu’ils croient être pour le bien alors que, des deux villes, Bonta est la plus vile, la plus oppressante. Sous son masque pur et saint se cache un visage aux traits encore plus mesquins que ceux de Djaul.

- Eniripsa me pardonne, Brâkmar m’a fait ouvrir les yeux, mais certains de ses secrets me sont encore soustraits. Chuchota-t-elle.

Primum Nocere, Primum Nocere, Primum Nocere. Certains disent qu’il ne faut jamais prononcer ce nom : il est maudit, ensorcelé, les yeux de Djaul suivent tous ceux qui osent le prononcer, les brûlant vifs de ses iris divins. S’arrêtant en pleins milieu de la rue, elle leva les yeux au ciel, paumes relevées au bout de ses bras tendus et hurla les mots interdits jusqu’à ce que son souffle ait complètement quitté ses poumons. Rien. Un rictus dédaigneux assombrit son visage, illuminant du même fait son regard incandescent. Une main sur son épaule la surpris. Quand elle se retourna, un vieil homme, sale et probablement sénile, leva son doigt crochu sous son nez et, d’une voix éraillée, lui dit, les yeux empreints de terreur :

- Vous.. Chercher le malheur ! Vous.. Allez mourir. Vos chairs tomberont, sèches et virulentes.

Son ton haussait au fur et à mesure qu’il parlait, comme pour attirer l’attention ou éloigner quelconque malheur, ses yeux fous la toisant avec effroi. Le sommant de se taire, elle le repoussa vivement avant de lui cracher au visage. Éberlué, il s’éloigna de quelques pas, essuyant tant bien que mal le mucus qui s’acharnait à rester collé à sa peau crasseuse. Nowah fit volte-face et marcha rapidement loin de l’homme qui continuait de la maudire sans prendre le temps de respirer. La moutarde lui monta au nez. Décrochant son marteau Minokers de son dos, elle revint vers le dément et, d’un élan bien senti, en écrasa la masse contre sa tempe. Un bruit d’os cassé, du sang. Il s’étendit de tout son long, le visage déformé par le coup violent et s’éteint sans mot dire. L’eniripsa hurla et enfonça rageusement son pied dans le corps du défunt avant de s’arrêter un moment pour essuyer les quelques goûtes de sang venues s’écraser sur ses vêtements. Tremblante, elle passa le revers de sa main sur son front sans quitter le mort des yeux. Primum Nocere, Primum Nocere, Primum Nocere.

Discrètement, elle fit une prière pour son âme et remis son marteau sur son épaule, reprenant sa marche vers la taverne du Chabrûlé. Les rues sinueuses de la Cité Pourpre, semblables à des serpents entremêlés, auraient pu tromper le Bontarien le plus aguerri. Un piège. Un piège immense, voilà ce qu’était Brâkmar. Un coin de rue semble différent à chaque fois qu’on l’emprunte, les maisons se ressemblent toutes, les Miliciens sont le seul et unique repère : Plus il y en a, plus on sait que l’ont approche d’un endroit important, précieux ou susceptible d’être facilement pris par la faction adverse. L’endroit où elle se rendait en comportait souvent plus de quatre : Pour cause, une des entrées de la ville se situait tout près.

Son entrée dans la taverne ne fut pas remarquée, préférant la discrétion à l’exubérance, elle aspirait à devenir un jour une de ces espionnes qui savaient si bien faire leur métier. Prenant place à une table, elle se mit à pianoter sur le rebord de la surface de bois gris en appuyant sa joue sur son poing. Bruli Ounim, serveuse depuis toujours dans cet établissement, vint la rejoindre et lui proposa quelque chose à boire avec une formule de politesse exagérée. Quelques minutes plus tard, une choppe de bière avait pris place près de la fée. Sirotant sans enthousiasme la mousse jaunâtre, elle repensa à ce silence, cette lueur vicieuse dans ses yeux quand elle prononçait le nom maudit, l’ardeur dans ses gestes quand il cherchait à changer de sujet, ses baisers vilement volés… Le souffle immonde de l’habitué du Chabrûlé la tira de ses pensées charnelles. Elle darda son regard sur lui, méprisante, et constata qu’il avait bien l’intention de rester. S’asseyant sur la chaise devant elle, il entreprit de lui sourire bêtement et se mis à baragouiner toutes sortes de débilités que Nowah s’efforça d’ignorer. Tapotant son imposant nez rougit par l‘alcool, il continuait de gerber des paroles souvent incompréhensibles et par le fait même, d’user les nerfs de la femme qui avait déjà posée la main sur la garde de son immense marteau. Tout juste comme les muscles de son bras se contractèrent pour élever l’arme, une idée éclair lui traversa l’esprit. Il était ivre, bavard et insouciant. Parfait.

- Vous connaissez la Primum Nocere ? Demanda-t-elle le nez dans son verre.

L’ivrogne ouvrit grand les yeux. Puis après un moment de silence, un sourire se dessina sur ses lèvres fripées. Il allait tout raconter.

- Eh b’en, ma p’tite dame, v’tomber à point ! Il hoqueta. J’n’ai justement entendu parler ent’deux bières, l’aut’jour Il toussota, tapota son large nez et fit un clin d’œil à sa compagne de table. J’ai la gorge un peu sèche, ç’irait mieux ‘vec une bière.
- Et une dague en travers du gosier, aussi ? Dit-elle avec un large sourire.
- Hum, j’crois qu’ça ira. Fit-il en perdant de son élan. ‘Fin bref, comme j‘disais, j’entendu deux personnes portant l’Blason d’c’te… Cette secte diabolique ! Y’parlaient d’un antre..!
- Un antre ? C’est tout ?
- M’ouaip, j’vraiment la gorge s’per sèche. Il toussa exagérément.

Irritée, elle prit une profonde inspiration et sourit doucement, battant des paupières puis fit une moue qu’elle voulait sensuelle.

- Si tu me dis tout c’que tu sais, je te promets tout c’que tu voudras.

Il sembla réticent, mais l’alcool eut raison sur la sienne. Il parla d’un chemin dans la lave, une grande porte de fer forgé, puis le noir total. Il révéla tout, sans exception, hypnotisé par le regard aguicheur, par les yeux qui promettent, par les courbes sveltes et le souffle doux. Il parlait sans cesse, des aventuriers qui n’en étaient pas repartis, du changement chez ceux qui ont été admis, de Djaul qui damne chacun de leur pas, l’aura terrifiante qu’ils dégagent. La peur se percevait dans ses paroles, mais le désir et la bière faisaient leur effet. Quand il eut fini, il réclama sérieusement son du. La femme se leva sans y prendre garde, le contourna et quitta la table sans un mot. Le vieillard la suivi jusqu’à la porte, porte qu’il ne franchit pas, sa course freinée par une lame trop rapide et une Eniripsa déterminée.

Sa curiosité avait mutée à l’intérêt, et de l’intérêt à l’obsession. Il fallait qu’elle trouve cette porte, cet antre, ce lieu secret si mystérieux et mortel aux dires de tous. Cette envie soudaine de rejoindre leurs rangs, de faire partie de l’élite, de sentir la force dite damnée circuler dans chaque fibre de son corps. Cette attraction invraisemblable lui fournit la source dans laquelle elle puisa patience et détermination. Plusieurs jours elle passa Brâkmar au peigne fin, continuant son manège auprès de son mari, sachant tout de même fort bien qu’il ne cèderait pas, l’observant, épiant tous ses mouvements, toutes ses réactions, le questionnant de plus en plus sur où il allait, pourquoi il y allait, s’immisçant dans sa vie privée, folle de savoir, folle de vivre et de connaitre la puissance vile et magnifique des êtres aux ailes écarlates. Les heures, les jours, les semaines passaient, grugeant sa raison et nourrissant sa démence, son besoin de pouvoir apprécier de ses yeux la grandeur des Noceres. Primum Nocere, Primum Nocere, Primum Nocere.

Toutes les portes de la Cité Sanglante étaient de fer, et toutes les rues passaient sur la lave, toujours tout était obscur par les fenêtres et tous les chemins se ressemblaient, changeaient, tels de longs serpents gris entremêlés qui bougent sans arrêt, qui vous rendent fous, qui pourraient tromper le plus aguerri des Bontariens. Brâkmar la Sanglante porte bien son nom. Plus d’un mois était passé, moralement épuisée, Nowah continuait toujours sa ronde, sans s’arrêter, regardant par chaque fenêtre, de chaque maison, de chaque quartier, cherchant un quelconque indice qui pourrait faire d’une de ces bâtisses celle qu’elle cherchait. Le soleil déclinait sur l’énième journée infructueuse. Longeant la muraille Est jusqu’à sa demeure, scrutant la pierre taillée qui avait servit à construire la défense, elle en aperçue une qui scintillait, miroitait presque. En y regardant de plus près, dans le flou du reflet métallique, elle cru percevoir une immense porte. Faisant volte-face, son cœur s’arrêta de battre un court instant. Du fer se dégageait une onde puissante, immuable, quelque chose de malsain et d’affolant. Un sourire convaincu trancha son visage d’une oreille à l’autre, elle poussa la plaque froide sur ses gonds grinçants et entra sans même penser à reculer. Elle avait atteint son but. Envahie par l’ivresse de la satisfaction, elle progressait à tâtons dans l’obscurité.

- Primum Nocere ! Clama-t-elle, haut et fort après s’être arrêté de marcher.

Son pouls battant ses tempes, tout ce qu’elle arrivait maintenant à entendre distinctement dans son esprit était maudit. Primum Nocere, Primum Nocere, Primum Nocere.
Revenir en haut Aller en bas
Arrs

avatar

Nombre de messages : 769
Age : 26
Localisation : Sous sa coussineuse!
Elément : 1/2 EC
Date d'inscription : 03/09/2010

MessageSujet: Re: Obsession. [recrutée]   Dim 21 Nov 2010 - 9:49

Affalé sur une poutre qui ornait le plafond, les jambes et bras dans le vide, Arrs sursauta, ouvrit les yeux et aperçu la porte de l'Antre ouverte, de son perchoir il avait une parfaite vue d'ensemble sur ce qui pouvait se passer en bas, il réfléchit un instant

-Cette porte, elle était fermé avant que je boive ma dernière choppe non?

Se tapotant les joues et se grattant la tête, il s'accroupit sur la poutre et observa chaque coin de la pièce, craintif, quand il entendit alors une voix, habituelle mais...pas habituellement ici. Il aperçu alors une silhouette en plein milieu de la pièce...


-Bin oui tiens, pourquoi faire simple quand on peut faire compliquer ? songea t-il nerveusement.

Encore prit de sa gueule de bois, cette silhouette ne lui revenait pas, il renifla fortement, et ce parfum il le connaissait, ça empestait selon lui, mais il le connaissait. Il se laissa alors tomber en arrière, s'accrochant à la poutre par ses jambes pliées, afin de mieux analyser l'individu et confirmer ses pensées.

-Petits pieds, petites jambes, petits bras, pas un pwal sur le corps, ah si..des cheveux, un assortiment blanc, des ailes, un marteau...un marteau? Ce marteau?!... tout s'affolait dans sa tête.

D'un effort ultime, il retourna s'accroupir sur sa poutre, et sourit en observant la silhouette et tout en esquissant un sourrire il lâcha d'un ton sadique


-C'est ton tour maintenant alors, chère Nowah...j'espère que tu n'auras pas trop peur d'y laisser tes ailes...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
xxxx-naruto-xxxx

avatar

Nombre de messages : 402
Localisation : Vos pires cauchemars
Elément : Betise
Date d'inscription : 27/10/2009

MessageSujet: Re: Obsession. [recrutée]   Dim 21 Nov 2010 - 15:26

Primum nocere!

Ces mots, parfaitement prononcés dans l'ancien langage, résonnaient sur les vieilles pierres. Elles qui d'habitude semblent absorber tous les sons, le nom maudit leur était indigeste... Le son raclait les lourds moellons comme quelque lame en train de s'y aiguiser... Mais lorsqu'ils vibrèrent aux oreilles de l'Ecaflip, son sang ne fit qu'un tour. Au quart de celui-ci, il réagit. Il se leva et fit trois pas, dans le non-bruit procuré par les vieux murs. Le silence n'est pas le contraire du bruit mais son absence. L'Antre était baigné dans un non-bruit qui terrifiait généralement tous les étrangers. L'Ecaflip sorti de sa chambre se dirigea vers l'escalier. Il était vêtu d'un simple pantalon d'un rouge crépusculaire... Il descendit l'escalier, cette fois-ci en silence. Il passa la lourde porte et pénétra dans la cour intérieur où Arrs discutait avec quelque chose... L'Ecaflip ferma les yeux pour s'adapter à l'obscurité. La cap que lui offrait la nuit lui permit de s'approcher d'Arrs sans être vu, sans être perçu. Une bulle de lave explosa non loin. Il passa une griffe mélancolique sur la large cicatrice qui lui barrait le torse.

Il observa le petit être. La voix pouvait en effet correspondre à la carrure de cette disciple d'Eniripsa. Il ferma les yeux, concentrant les lambeaux de ténèbres alentours, lorsque l'obscurité fut assez dense il dévoila sa présence à l'ivrogne et cette... Nowah. Arrs avait l'habitude de ces apparitions inquiétant mais il sursauta. L'Eniripsa serra les dents. Naruto avait su lui faire perdre son insolente neutralité. Imperceptiblement il gagnait du terrain sur l'étrangère. Il passa sa langue sur ses dents sculptées et cligna des yeux. Il s'humecta les lèvres avant d'ouvrir la conversation, d'une voix acide :


Mademoiselle. Vous êtes dans une propriété privée. Nous ne savons guère ce qu'est cette 'Prium Necre', mais je tiens à vous signaler qu'un mot de moi pourrait provoquer votre mort. Si ce n'est pire... Ajouta-t-il, pensif. Si vous cherchez l'aumône, sachez que vous vous être trompé de ville. Si vous cherchez du travail, sachez que nous ne recrutons que les meilleures. Si vous cherchez un toit, il y aura des auberges plus adaptés à votre bourse que celle-ci.

Bien qu'il soit ivre, Arrs lui lança un regard éloquent. Aussitôt l'Ecaflip comprit qu'il n'avait pas à faire à n'importe qui... L'Eniripsa savait où elle était et quel était le poids des mots qu'elle avait prononcé... Il regarda alors d'un autre œil l'être ailé devant lui. Il sourit, découvrant ses dents, sur lesquelles une langue rouge sang passa, aussi sensuelle que qu'une pierre à aiguiser sur une dague. Il reprit la parole, d'une ton bien plus inquiétant cette fois-ci.

Vous souhaitez donc rejoindre les rangs du groupe secret de la cité pourpre. J'aurais, avant tout plusieurs questions à vous poser. Comment avez vous su où nous trouver? Qu'est ce qui vous à poussé à venir, vous exposant à une mort certaine? Et la dernière, je souhaite que vous preniez le temps d'y réfléchir : Jusqu'où pourriez vous aller? Que pourriez vous faire pour nous rejoindre..? Entrez, je vous en prie. discutons de cela à l'intérieur. Et, s'il-vous-plait... Cessez de crier le Nom maudit comme une catin, une langue est plus facile à trancher que mille oreilles, et vous risquez d'avoir grand besoin de la votre.

L'Ecaflip laissa le son se faire avaler par les pierres et le non-bruit reprit son inquiétante place. Il clôt la porte de la cour, laissant la rue là ou elle était. Il rouvrit la lourde porte de chêne qui donnait sur la cour et invita la jolie paire d'ailes à entrer, gratifiant Arrs d'un regard mettant en doute son endurance face à l'alcool.

[HRP: lieu de l'intrigue changé, on ne pénètre pas dans la demeure sans y être invité et sans s'être annoncé (dans a cour, à la rigueur...).]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mawa
Chat Loperie
avatar

Nombre de messages : 580
Localisation : Sur son coussin !
Elément : Echec <3
Date d'inscription : 28/12/2009

MessageSujet: Re: Obsession. [recrutée]   Dim 21 Nov 2010 - 17:02

Mawa rentrait paisiblement de sa chasse habituelle, guère de soucis en tête, elle chantonnait dans les ruelles de Brâkmar lorsqu'elle entendit raisonner une petite voix, celle ci hurlait "Primum Nocere" à tout va. Énervée, elle courru à la recherche de cet être pour lui trancher la gorge. Sa dague, du célèbre Eudin était aiguisée et n'attendait qu'une chair tendre pour s'y loger. Aux bouts de quelques ruelles traversées en long, en large et en travers, agacée de n'avoir su retrouver le propriétaire de cette voix, Mawa rentra à l'Antre, en quête d'une idée, et d'une solution pour faire terre l'inconnue. Pourquoi s'était elle acharnée à crier ces mots? Était elle suicidaire? Était elle inconsciente? Aucune idée, ou trop de possibilités.
Enfin arrivée, la jeune Ecaflipette poussa la porte comme à son habitude, mais cette fois ci avec plus de force, de fouge, et de colère. C'est alors qu'elle vit son mari et Naruto en compagnie d'une jeune Eniripsa. Prise de rage, elle couru, sortit une nouvelle fois sa dague, puis poussa la jeune fée sur un mur en portant sa lame à son cou. Ne regardant même pas l'étrangère, elle fixa son mari avec de grands yeux fou de colère, de haine et de rancoeur. Puis elle hurla:


- Alors maintenant, tu te tapes des "minettes"? Alors? Dis, ça fait quel effet d'être infidèle? T'aimes ça? T'as apprécie j'espère, ça valait le coup?

Devant les yeux étonnés que faisait son époux elle continua sans réfléchir:

- Bah vas y fais l'innocent, continues comme ça !

Naruto était resté planté là sans rien dire, Mawa prit la peine de le saluer, et en oublia presque sa lame, toujours prête à trancher la gorge de l'inconnue. Puis elle se retourna et reconnue l'Eniripsa, en effet, ses courbes, ses ailes, sa chevelure... Tout lui était très familier. Gênée Mawa bafouilla quelques mots:

- Nowah? Mais euh pourquoi tu m'as pas prévenue? Je savais pas, je t'ai pas reconnue désolée.

Voyant les yeux de l'Eniripsa, elle comprit qu'il était temps de ranger sa dague et de commencer à s'intéresser au pourquoi de cette venue très inattendue. Avant de lui poser quelques questions Mawa s'en alla prendre une bière, puis après une ou deux gorgées, jeta le verre au sol, celui ci se brisa dans un bruit strident, créant l'étonnement de ses amis. Elle sourit, puis se dirigea ensuite vers la jeune Nowah.

- Je suis sûre que mes confréres t'ont déjà assaillis de questions, et les miennes seront claires et succinctes. Tout d'abord, pourquoi avoir crié, risquant bêtement ta vie? C'est courageux d'être prêt à mourir pour un but, mais y'a d'autres solutions tu sais? Je ne doute pas de ta motivation, ton périple a dû être très long pour de petites pattes comme les tiennes mais sais tu réellement dans quel monde tu vas arriver? Nous n'avons rien à voir avec tous les gens que tu as pu connaître, crois moi. Réfléchis bien, vraiment.


Mawa ayant finit de poser ses questions elle se recula, laissant tout loisir à l'Eniripsa de s'aventurer dans l'Antre, dangereuse aventure... Puis elle se dirigea vers son mari, lui adressa un regard faussement froid puis posa son arrière train sur le fauteuil le plus confortable, en attente des réponses de la jeune Fée


Dernière édition par Mawa le Dim 21 Nov 2010 - 17:03, édité 1 fois (Raison : Edit: Correction.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nowah.
Invité



MessageSujet: Re: Obsession. [recrutée]   Dim 21 Nov 2010 - 17:34

Les premières paroles prononcées le furent fait sur un ton méprisant, dédaigneux : Il avait bien raison. Nowah était loin d’avoir l’allure de la guerrière perverse prête à tous les sacrifices pour arriver à son but, mais la démence qui l’envahissait un peu plus chaque seconde pourrait provoquer une crise de folie sanguinaire à tout moment. Les nerfs à sec et la tête emplie de coton, elle resta muette devant la beauté cruelle de l’homme félin qu’elle ne se lassait d’admirer. Elle suivit son regard jaune jusqu’à ce qui se cachait en hauteur, sans pour autant en apercevoir quoi que ce soit. Les traits acérés de son visage mutèrent au sadisme, tout de suite elle se senti faible devant lui, minuscule, frêle, fragile. Mais cela se devait de rester transparent, sinon s’en était fini. Et ça n’était pas fini.

- Vous souhaitez donc rejoindre les rangs du groupe secret de la cité pourpre. J'aurais, avant tout plusieurs questions à vous poser. Comment avez vous su où nous trouver ? Qu'est ce qui vous à poussé à venir, vous exposant à une mort certaine? Et la dernière, je souhaite que vous preniez le temps d'y réfléchir : Jusqu'où pourriez vous aller? Que pourriez-vous faire pour nous rejoindre..? Entrez, je vous en prie. discutons de cela à l'intérieur. Et, s'il-vous-plait... Cessez de crier le Nom maudit comme une catin, une langue est plus facile à trancher que mille oreilles, et vous risquez d'avoir grand besoin de la votre.

Une imperceptible lueur d’intérêt avait passé dans ses yeux quand il parla de couper langues et oreilles. Peut-être était-ce un loisir, qui sait. Elle passa devant lui quand il l’invita à entrer, prenant soin de regarder derrière elle pour voir s’il n’avait pas dissimuler une lame dans les pans de sa cape. Il se contenta de fermer la porte. Nowah attendit qu’il revienne et le suivit en repensant aux questions qui avaient percuté les murs de pierre sombre. Comment, pourquoi, jusqu’où… Elle n’entendit pas l’insulte, tous ses neurones concentrés sur les réponses qu’elle tentait de bien formuler. Ça ne venait pas, ou à peine. Une soudaine crainte incandescente brûlait ses entrailles. Assied sur une table, il continuait de l’observer sans mot dire, paraissant prêt à bondir pour déchirer avidement ses chairs de ses griffes aiguisées. Frissonnante, elle entreprit de se calmer en repensant à la tour de Brâkmar, celle qu’elle voyait chaque fois qu’elle projetait ses rêves par le vitrail de sa chambre à coucher. S’élevant parmi toutes les autres constructions, majestueuse, trônant comme un joyau dans la Cité Pourpre, le sang s’échappant par ses meurtrières, les corps empalés sur sa couronne. Ses lèvres minces s’étirèrent en un sourire déjanté tandis qu’un frisson la parcouru. Elle prit une subtile inspiration :

- Je ne savais pas où vous trouver. Avoua-t-elle sur un ton neutre, les yeux baissés sans pour autant dégager une quelconque soumission. On m’a donné quelques indices, inutiles cela dit, mais une conviction qui était plus forte que ma raison me poussa à vous chercher, encore et toujours, à m’en user les nerfs et la logique. Je n’attends aucune pitié de vous, ce serait une grave insulte, mais j’ai sué sang et eau pour combler les profonds méandres de mon obsession ! Ses pupilles brillaient d’un éclat désaxé et son constant rictus accentuait son allure de cinglée.

La porte s’ouvrit à grande volée. Dans la lumière faible de l’extérieur, une forme féminine se raidit et couru dans sa direction sans prévenir, la plaquant au mur de son bras et un métal froid contre sa gorge. Étourdie, elle mit un temps à reconnaitre Mawa, sa Mawamour. Troublée, et essaya de placer un mot à travers cette crise de jalousie, mais la peur de risquer de lui faire faire un faux mouvement l’en retint. Elle attendit patiemment que la disciple d’Écaflip s’arrête de crier. Quand ses moustaches vinrent effleurer sa peau dans un mouvement de tête furieux, les rides qu’avaient creusées la colère dans son fin visage disparurent aussi vite qu’elles étaient apparues. Ses yeux exprimèrent, un court instant, des excuses gênées et elle recula de quelques pas en rangeant son arme. Nowah se frotta vigoureusement le cou en grimaçant. Un soupir de soulagement et elle se concentra ce que lui débitait la femme d’un pwalu.

- Je suis sûre que mes confrères t'ont déjà assaillie de questions, et les miennes seront claires et succinctes. Tout d'abord, pourquoi avoir crié, risquant bêtement ta vie? C'est courageux d'être prêt à mourir pour un but, mais y'a d'autres solutions tu sais? Je ne doute pas de ta motivation, ton périple a dû être très long pour de petites pattes comme les tiennes mais sais tu réellement dans quel monde tu vas arriver? Nous n'avons rien à voir avec tous les gens que tu as pu connaitre, crois moi. Réfléchis bien, vraiment.

Les premières questions avaient été mises de côté, répondant instinctivement à ces dernières.

- Je m’apprêtais justement à répondre à ce... Cet Écaflip quand tu es entrée. Pour les cris, voyez-m’en désolée. Cette démence qui embrumait mon esprit m’a fait faire des choses dont je ne suis on ne peut plus fière, maintenant, étrange sensation que d’aimer la proximité de la mort et du sang, même s’il s’agit de moi.

Elle se perdit un bref instant dans le brouillard de ses songes et revint à la réalité en sursautant. Dévoilant une nouvelle fois ses dents perlées, elle assura que ce qu’elle venait de vivre n’avait fait que décupler sa motivation, qui était, à la base, une simple curiosité. Détournant le regard vers Naruto, elle entreprit de répondre à ses questions demeurées sans réponses.

- Pour conclure, jamais je n’aurai plus de limite… Ma démence n’est plus que passagère, j’y ai pris goût, cette puissance et cette insouciance, pouvoir arracher des âmes à leur corps sans en ressentir le moindre regret… Nuisance m’habite.

Plus un seul mot ne gravit sa gorge. Sa posture, ses traits, ses pensées dégingandées suffisaient à prononcer le reste qui n’avait pas besoin de paroles pour être compris.
Revenir en haut Aller en bas
xxxx-naruto-xxxx

avatar

Nombre de messages : 402
Localisation : Vos pires cauchemars
Elément : Betise
Date d'inscription : 27/10/2009

MessageSujet: Re: Obsession. [recrutée]   Dim 21 Nov 2010 - 19:53

Au son des deux derniers mots, l'Ecaflip mâle fit tressaillir son oreille. Nuisance habitait l'Eniripsa qui posait sur lui un regard fuyant, où la crainte se mêlait à l'admiration. Il sourit intérieurement et son rictus s'accentua. La folie de cette jolie paire d'ailes lui plaisait. Il trouvait presque cela excitant. Une à une ses griffes impeccables sortirent de leurs fourreaux de chair et y rentrèrent dans un mouvement aussi élégant qu'inquiétant. Arrs connaissait l'Eniripsa, Mawa aussi, bien qu'elle avait failli égorger cet être chétif... La situation se présentait bien pour elle. Nowah avait en effet su répondre aux question de l'Ecaflip avec talent, mélant sa folie à un don d'orateur assez rare en ces temps maudits.


Il s'était délecté de la colère meurtrière de son amie Mawa et du calme bien arrosé du mari de cette dernière. Il saisit une bouteille sur laquelle un crâne apparaissait, l'ouvrit et se servi une pinte. Il sorti un verre de la taille d'un dé à coudre et le rempli. Le tendant à la jeune inconsciente, il lui jeta un regard intimant de boire. Ça lui rafraichirait la gorge et elle pourrait parler sans hésitation... Si elle survivait. Elle n'avait de toute façon pas le choix.


Lui bu plusieurs lampées de se pinte et, quand il la reposa, ses pectoraux tressautèrent. Il souffla entre ses dents et avança un petit peu plus le godet vers la démente, qui ne disait mots. Ses regards éloquents se passaient en effet de paroles. L'Ecaflip regarda ses comprères en silence. Mawa jetait à Arrs des yeux lubriques et ce dernier tentait vainement de mettre ses idées en place.
Quand il revint à la disciple d'Eniripsa, il vit que l'insolence de sa posture avait laissé place à de l'étonnement... Elle ne savait pas répondre au silence. Son innocence nue s'offrait à lui, qu'il brisait peu à peu. Il Voulait voir jusqu'où sa folie les mènerait. Un temps passa. Puis il dit d'une voix calme et cruellement sensuelle :


Buvez donc, ça vous remettra sur pied. Et ça pourrait bien vous faire prendre conscience de vos réelles capacités, du véritable niveau de violence que pourrait atteindre votre esprit. J'espère que vous êtes prête, tant que faire se peut... Buvez, les épreuves qui vous attendent sont terribles et nombreuses.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Satyrr
[Passeur] Calimerus Pwalus
avatar

Nombre de messages : 1748
Age : 30
Localisation : Chez Yopi
Elément : Sauvage
Date d'inscription : 12/12/2008

MessageSujet: Re: Obsession. [recrutée]   Jeu 25 Nov 2010 - 5:51

Satyrr, déguisé en un misérable sapin que personne n'avait daigné remarquer malgré l'étrangeté de cette présence végétale en des lieux si obscurs, avait observé toute la scène.

Ce manque d'attention n'étonnait pas Satyrr vis à vis de Naruto, ce dernier étant aisément bluffable par un quelconque Mulou déguisé en péon, cependant Mawa était habituellement plus attentive, notamment lorsqu'il s'agissait de l'humble présence d'un Pwalu.
Il avait bien ris lorsque Mawa avais feint d'être outrée par Arrs. Bien joué Mowo, il ne se doutera jamais de notre relation charnelle grâce à ça. Si il savais a quel degré s'élevait ta pwalphomanie peut être pourrait-il satisfaire ta libido!

Mais le Sadida ne put s'empêcher de sortir de sa cachette lorsque Naruto présenta à la petite Eniripsa ce qui semblait être une boisson alcoolisée. Après avoir effectué un magnifique "bond du pwalu", technique empruntée aux Ecaflips lui ayant permis d'écrasantes victoires sur les disciples Sram Bontariens, il arracha la bouteille que Naruto tenait encore à la main. "Depuis quand sers-tu à boire aux invités avant de servir tes frères?! Ton manque de savoir vivre envers ceux-ci me consterne Naru!"
Après avoir engloutit la bouteille marquant la fin de son action par un rôt monumental, Satyrr s'écria "Mais c'est de l'eau!! tu es vraiment un hôte déplorable, décidément!"

Satisfait d'avoir détruit toute l'ambiance sensuelle que Naru avais créée et qui dégoutait le dégoutant pwalu, Satyrr posa ses yeux sur la frêle créature. "Mouai ça a l'air mignon comme ça, on sait tous à quoi ils ressemblent lorsqu'ils prononcent leur mot de frayeur" Essayant d'imaginer ce scenario, Satyrr recula d'un pas devant l'immonde image qu'il venait de se créer. "Ouep... un vrai petit monstre..."


"Je n'ai qu'une chose à te demander! j'ai amené dans mon sac un petit angelot. N'aie crainte, il est encore jeune et inoffensif, il ne pourra rien contre toi. Fais en ce que tu veux, la manière dont tu t'en occupe déterminera mon avis sur ta personne. Fini ton verre et amuse toi bien !"


_________________
ça tire ...

<---s@T-<|\R=> 180 DC 0 TuTu
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
xxxx-naruto-xxxx

avatar

Nombre de messages : 402
Localisation : Vos pires cauchemars
Elément : Betise
Date d'inscription : 27/10/2009

MessageSujet: Re: Obsession. [recrutée]   Jeu 25 Nov 2010 - 23:21

Satyrr eu un haut le cœur plus fort que les précédents, laissant penser à l'assemblée que l'eau était un petit peu plus alcoolisée que légalement. Il bafouilla ensuite quelques paroles inintelligibles à propos de quelque angelot dont il faudrait s'occuper, d'un mot qui ferait peur... Le Pwalu semblait en effet avoir été réveillé par ce qu'il avait ingéré. Dans une forme olympique, il tituba et évita la chute d'un superbe moulinet des bras (marquant sans doute l'avènement futur d'une danse... Particulière). Si le terrible Sadida ne portait en lui cette noblesse et cette grâce propre aux siens, il aurait frôlé le pathétique. Néanmoins, ce geste fut simplement beau, et Mawa ouvrit ses beaux yeux plus grands encore.

La jeune Eniripsa semblait imperturbable. Ou endormie. L'Ecaflip, n'osant plus parler en présence d'un être qu'il respectait autant que le Pwalu, il n'osa pas poser la question qui lui brulait les lèvres. Il inclina seulement la tête en gage d'excuses envers le terrible Passeur. Il caressa la cicatrice qui lui barrait le flanc droit en repensant aux mots de son supérieur... Il était vrai que ce mulou avait été plus malin que lui. Mais, bien qu'il eu chèrement vendu sa peau, le disciple du Felin avait triomphé, gagnant en prime cette cicatrice.

Sous son pelage d'un beau jaune l'Ecaflip senti sa peau rougir. Ce qui l'étonnait car les piques du passeur n'avaient généralement aucune prise sur lui. Il se mordit la lèvre au point d'y faire perler une minuscule goutte de sang et retrouva son sang-froid. Il attendit donc en silence que son supérieur lui donne la parole, où la lui coupe... Définitivement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Satyrr
[Passeur] Calimerus Pwalus
avatar

Nombre de messages : 1748
Age : 30
Localisation : Chez Yopi
Elément : Sauvage
Date d'inscription : 12/12/2008

MessageSujet: Re: Obsession. [recrutée]   Ven 26 Nov 2010 - 5:56

Et sa parole il donna : "HHHEEEEEYYYYY Nowaaaa!!! vla un chti' emplumay! fait en ske tveux mes soufifrr mdirron ske t'as fait "hip"
Le Sadida, ivre mort, disparu un instant dans la pénombre. On entendit le cliquetis d'une clef, le bruit sourd de poing brisant quelques os et des petits cris plaintifs. quelques secondes après, Satyrr étais de retour tenant dans sa main une laisse qui dominait un bien étrange familier. Celui-ci était ailé.

Reprenant ses esprits, il s'adressa à Nowah. "Bon aller moi je vais décuver, amuse toi bien en attendant".

_________________
ça tire ...

<---s@T-<|\R=> 180 DC 0 TuTu
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nowah.
Invité



MessageSujet: Re: Obsession. [recrutée]   Ven 26 Nov 2010 - 16:37

La glace contenant un liquide transparent glissa jusqu'à elle. L'âcre effluve qui s'en dégageait ne lui inspirait pas confiance, mais bon, faut c'qu'il faut ! À peine eut-elle avance la main jusqu'au verre que celui-ci se déroba à elle dans une nuée de pwals grisâtre. L'alcool fut ingurgité, ainsi que la bouteille, ce qui fit s'hausser d'eux même les sourcils de la jeune épouse de martyr. Il débita quelques phrases dépourvues de sens et lui présenta un sac de toile dans lequel on pouvait voir se débattre un petit être. Un ange, paraîtrait-il. Il le lança au sol, fit volte-face d'un mouvement gracile et déséquilibré, puis repris sa marche vers le fond de la salle sombre. Quelques bruits, cris, un frissons d'excitation parcouru son échine. Ses prunelles se posèrent sur l'étrange contenant de tissu dans lequel se débattait un emplumé. Elle chercha l'approbation dans le regard des personnes présentes puis, d'un solide élan, envoya balader son pied dans ce qu'elle croyait être les côtes de son récent présent. Une plainte s'éleva, ce qui eut pour effet de dévoiler un mesquin rictus parmi ses traits fins. Elle ouvrit prestement le sac et le fit glisser sur la petit forme maigrichonne qui se tordait de douleur à l'intérieur. Cheveux châtains, habits beiges et brunâtres, yeux verts. Une aura enfantine s'en dégageait. De grosses larmes avaient trace un chemin clair sur sa peau tachée de terre. Des ecchymoses couvraient sa peau, rude voyage. Il geignait. Une certaine pitié s'incrusta dans le cœur fou de Nowah. Il était jeune, pur, faible... Bien qu'il eut été bontarien, jamais elle n'aurait eut le courage de tuer un enfant. Étant mère elle même, elle eut un moment d'hésitation, moment dans lequel son expression démente fit place à une certaine compassion. Ce ne fut qu'une seconde, elle ne pouvait se permettre d'élan de tristesse face à la petite forme larmoyante en ce lieu, mais elle ne pouvait se résigner à l'achever. Ils semblaient tous attendre le verdict. L'eniripsa leva les yeux sur les Noceres.

- Vous avez des chaines ? Opta-t-elle plutôt.

Avec la ferme intention de le convertir, elle se disait trop bonne pour entrer dans leur communauté, elle essaya de rester impassible. Un sourire damné dévoila les crocs des deux Ecaflips. Mawa revint avec une lourde chaine de maillons rouillés. Le collet en fer forge, lui, semblait plus résistant. Jamais un enfant ne pourrait l'ouvrir, elle doutait même qu'un adulte y arrive. Elle le mis au cou de son cadeau et tira violemment en priant Eniripsa de la pardonner. Elle aurait pu torturer des heures durant, adultes, adolescents, bontariens et mercenaires, mais un enfant... Son cœur de mère ne l'aurait jamais permit. Le garçonnet s'affala aux pieds de sa nouvelle maîtresse, déversant, toujours aussi silencieusement que possible, son torrent de larmes. Il priait à voix basse.

- Silence, pigeon ! Clama-t-elle avec autant d'assurance et de férocité qu'elle ne le pouvait. Ou je te livrerai au nain bleu... Celui-ci est beaucoup moins clément que moi.

Ces dernières paroles la firent s'extasier. Le pouvoir total sur une personne. Bien que ce ne soit qu'à petite échelle, cette soudaine envie d'en profiter lui martela la raison. Nuisance. Elle le somma à nouveau de se taire en enfonçant à nouveau le bout de sa botte dans son estomac. Le souffle lui manqua quand elle vit le sien se dérober à ses jeunes poumons. Elle leva le nez pour éviter d'avoir a regarder et tira à nouveau sur la chaine. De lourds sanglots secouaient sa respiration. Elle demeura stoïque.
Revenir en haut Aller en bas
Satyrr
[Passeur] Calimerus Pwalus
avatar

Nombre de messages : 1748
Age : 30
Localisation : Chez Yopi
Elément : Sauvage
Date d'inscription : 12/12/2008

MessageSujet: Re: Obsession. [recrutée]   Ven 26 Nov 2010 - 20:36

Hé bien hé bien, je vois que ton cœur de mère était un peu réticent au début mais tu as fini par y prendre gout! En effet, quoi de plus plaisant qu'un acte dénoué de raison s'il sert la volonté de Djaul, à savoir la nuisance! Nuire à l'innocence, un acte gratuit de malfaisance. Un acte qui ne s'explique pas, un acte viscéral. Bientôt tu ne pourras plus t'en passer, c'est pourquoi je pense qu'il est possible de te faire passer la dernière épreuve. Jeune Eniripsa, prépare toi à renier ton Dieu pour Djaul, cesse de t'excuser auprès d'Eniripsa car bientôt tu entreras dans la caste des déchus. Sois prête, sois patiente, et lorsque le temps de l'élite Djaulienne s'alignera sur le tiens, nous te contacterons.

_________________
ça tire ...

<---s@T-<|\R=> 180 DC 0 TuTu
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yopimarus
[meneur retraité] Nain Bleu
avatar

Nombre de messages : 1782
Age : 29
Localisation : Paris ville lumière
Elément : le sixième
Date d'inscription : 11/02/2008

MessageSujet: Re: Obsession. [recrutée]   Sam 27 Nov 2010 - 19:40

Réveillé par les gémissements, Yopimarus sortit péniblement de son lit, les cheveux tout ébouriffés. Il suivit la scène encore un peu endormi, un petit sourire énigmatique sur le visage. Après la déclaration de Satyrr, il fut tenté de retourner se coucher, mais lorsqu'il s'aperçut du désordre qui régnait dans la salle, il grinça des dents. Les chafers avaient la fâcheuse manie de faire un raffut particulièrement désagréable lorsqu'ils nettoyaient : leurs os s'entrechoquaient dans un bruit des plus agaçants. Impossible donc d'espérer retourner dormir dans ces conditions.
Aussi l'eniripsa saisit-il son fidèle marteau, et s'avança en maugréant sous le regard un peu interloqués des protagonistes. Il saisit le jeune bontarien, du moins ce qu'il en restait, et commença à s'en servir comme balai pour rassembler les débris de verre de Mawa, la bouteille de Satyrr, et les plumes qui s'étaient répandues un peu partout sur le sol. Une fois ceci-fait, il déposa tout cela devant la porte et en fit une masse compacte. Il n'aurait pas fait cet effort s'il n'y avait pas récompense à la clé: elle arrivait.
Il saisit son marteau à deux mains, l'ajusta pour être sûr de ne pas manquer son coup, puis, d'un mouvement en arc de cercle superbe, il expédia tous ces détritus (le bontarien y compris) dans le ciel rougeâtre de Brâkmar.


-Gniark gniark.

Satisfait de son coup, l'eniripsa reprit le chemin de sa chambre. Croisant Nowah, il lui fit un sourire radieux, les yeux pétillants de perfidie. Malgré son profond mépris des femelles eniripsa, censées être des maitresses des mots mais qui ne savaient qu'en abuser pour raconter des insipidités, celle-ci semblait un peu moins limitée que celles qu'il avait l'habitude de rencontrer. Et elle pourrait fort bien remplacer les chafers, d'ailleurs.


-A bientôt, dit-il sobrement.

Sans ajouter autre chose, il retourna dans sa chambre et s'étala sur son matelas en plumes de poolays, décidé à terminer tranquillement sa nuit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Darkelius
[Passeur] Suilekrad
avatar

Nombre de messages : 1057
Age : 29
Localisation : Dans l'ombre...
Elément : Cruauté
Date d'inscription : 12/09/2010

MessageSujet: Re: Obsession. [recrutée]   Dim 28 Nov 2010 - 3:46

Observant la scène depuis un coin de la salle, où l'ombre dissimulait sa présence, Darkelius regardait les différentes comportements des Noceres. Allaient-ils l'accepter ? Il fut ravis de voir les réactions que ceux-ci eurent vis-à-vis de sa femme. Il était fier qu'elle finisse par trouver l'Antre mais à la fois curieux de savoir comment l'eut-elle trouvé. Le joli swing de Yopimarus lui remémora son arrivée au sein des Noceres, lui faisant croire qu'il ressentait encore la douleur. Une fois le nain bleu parti, Darkelius s'avança vers le centre de la pièce.

- Mouais... Un tantinet maniaque le Yopi'. C'tait un cadeau de bienvenue pourtant... Dit-il en sortant de l'ombre.

S'avançant vers Nowah, il lui fit un baiser sur le front puis esquissa un sourire de fierté. Se plaçant à ses côtés, il se tourna alors devant les autres.


- Inutile de faire les présentations à ce que je vois, quoi que...

Se tournant vers sa femme, il la fixa dans les yeux lui montrant ainsi à quel point il était content de la voir ici. Il voulait qu'elle voit les raisons pour lesquelles il ne lui disait rien lorsqu'elle le questionnait. Tout d'abord car il n'en avait pas le droit mais aussi qu'il voulait que ce soit sa motivation qui la guide et non que son mari lui dise.

- Tu as fini par trouver, je savais que tu pouvais y arriver. Redirigeant son regard vers les Noceres. Tu connais Mawa et Arrs... Voici Satyrr et Naruto, histoire d'officialiser. Et l'Eniripsa... Tu l'as reconnu, il a participé au grand tournoi annuel. C'est aussi lui qui m'a fait les deux bosses que tu as vu quand je suis rentré l'autre fois mais bon, il fait pas très mal. S'exclama-t-il en tentant de paraître convaincant. Maintenant ma beauté, désolé mais je ne dois pas t'aider.

Après avoir déposé un baiser à ses lèvres, il profita de l'instant où il l'enlaçait pour lui glisser à l'oreille des mots d'encouragement et lui dire de ne pas se laisser impressionner. Puis, il partit s'asseoir à une place au bar où elle pouvait croiser son regard à tout moment.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zeke

avatar

Nombre de messages : 745
Age : 27
Localisation : Elsewhere
Elément : tenebris nigrum ignis
Date d'inscription : 25/10/2009

MessageSujet: Re: Obsession. [recrutée]   Jeu 2 Déc 2010 - 4:38

Edit Obs : dans ce cas, mp la IG, c'est pas le marché aux fleurs ici
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Wang
[Artisan] hein hein
avatar

Nombre de messages : 3742
Localisation : dans sa tête
Elément : opti
Date d'inscription : 27/11/2006

MessageSujet: Re: Obsession. [recrutée]   Mer 8 Déc 2010 - 9:57

Se promenant dans la verte contrée Astrubéenne pour quelques sombres manipulations financières, l'Enutrof rencontra un drôle de personnage : Nowa.



Après quelques espionnages, il semble être un béat disciple de Pandawa qui, une fois sa quête terminée, s'évapore, s'évanouit et se cache à jamais.

Pourtant, ce nom ne lui semblait pas peu familier.

[...]

Marmonnant dans sa barbe :
Nowa.. Nowa.. il me semble déjà avoir entendu ce nom quelque part...

[...]

NOWAH !! DIANTRE !!
Le lien était fait.

En furie, le vieillard se dirigeait dès lors en furie vers l'Oratoir. Le lieu où ce nom semblait résonner ces derniers temps.


NOWAH ! J'EXIGE DES EXPLICATIONS !
Qu'as-tu à déclarer à propos de cet individu ? Le connais-tu ? As-tu des liens avec lui ? T'es-il apparenté ? Son nom est proche du tien pourtant, non ? Tes intentions, telles cet individu, ne sont que temporaires ? En es-tu sûre ?


Stoïque, anachronique et droit dans ses bottes, l'Enutrof, qui avait retiré depuis sa capuche, fixait la jeune Nowah en attendant des réponses. Mieux, des explications.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fr.networkanime.com/index-cat-kaos.html
Nowah.
Invité



MessageSujet: Re: Obsession. [recrutée]   Dim 19 Déc 2010 - 7:31

Le Pwalu avait bien raison : Quoi de mieux que le pouvoir sur un être dénudé de toute forme d’impureté. Pour elle, l’important était ses petits ; ceux des autres, elle n’en avait cure. Pour ce qui était de sa dévotion à Eniripsa, elle y repenserait.

Des pas feutrés découlaient des escaliers au fond la grande salle ovale. Un petit être s’en extirpa en trainant de la patte. Il grommela et passa une main impatiente dans ses cheveux ébouriffés. Son regard détailla la pièce. Nowah retint un rictus qu’elle cacha derrière une main qui s’était élevée à temps pour soustraire l’affront auquel elle contribuait. Deux magnifiques ailes cyans émergèrent de l’ombre et la jeune femme pu constater qu’ils étaient en fait de la même spiritualité. Enfin, qu’ils avaient dû l’être un jour. Maintenant il semblait s’épanouir pleinement sous les prunelles incandescentes de Djaul. S’arrêtant devant elle, il se saisit de son présent et se mit à… Faire le ménage. Curieux. Nowah le suivit des yeux jusqu’à son swing’ final. Regrettant presque d’avoir perdu son angelot, elle l’oublia aussitôt que le Nocere Suprême lui adressa un sourire pervers qui lui valu d’acquérir d’un seul regard tout le respect que l’eniripsa avait à offrir. Une telle aura se dégageait de cet homme que, pendant un bref instant, la vue de la Reine, tour de Brâkmar, monopolisa ses esprits. Il avait tout d’elle : La droiture, la force, l’énergie, la vile beauté… Ne manquait que la couronne d’aiguillons et la comparaison aurait été parfaite. Estomaquée, elle demeura silencieuse jusqu’à ce que le Meneur eut complètement remonté les marches, une à une, et qu’un bruit sourd de porte qui se ferme ne marque la fin de son passage. Une minute se passa sans qu’un bruit ne vienne déranger l’étrange quiétude qu’avait empreinte l’arrivée inattendue du nain bleu dans l’air ambiant. Tous semblaient le respirer avec délectation, même si un certain orgueil était lisible entre leurs traits enivrés. C’est à ce moment qu’un Sacrieur qu’elle reconnu sans mal sortit de l’ombre.

- Darke’.. Murmura-t-elle dans un sourire.

Ses baisers étaient doux, ses lèvres chaudes, son souffle grisant. Son torse constamment dénudé lui faisait perdre la raison. Elle n’entendit pas ce qu’il lui dit à ce moment là, trop contente de la fierté qui se dégageait de tous les gestes qu’il lui portait, sublimée devant ses chairs rougies de tribals qu’elle trouvait infiniment sensuels. Son désir s’en allait fleurissant, l’envie de se jeter dans ses bras, de s’offrir à lui sur le plancher froid lui perça ardemment l’esprit. Nowah déglutit quand elle le vit s’éloigner ; elle aurait voulu rester accrochée à sa bouche voluptueuse. Son cœur se serra et elle prit une profonde inspiration. La porte s’ouvrit une nouvelle fois à grande volée, à la seule exception que cette fois c’était un vieillard hurlant son nom qui entra en trombe.

- NOWAH ! J'EXIGE DES EXPLICATIONS ! Qu'as-tu à déclarer à propos de cet individu ? Le connais-tu ? As-tu des liens avec lui ? T'es-il apparenté ? Son nom est proche du tien pourtant, non ? Tes intentions, telles cet individu, ne sont que temporaires ? En es-tu sûre ?

C'était avec des yeux ronds que Nowah observa l'Enutrof pendant quelques secondes avant de reprendre son sérieux pour répondre adéquatement.

- Pour commencer, j’ai déjà eu ouïe dire qu’il existait un homme portant un nom similaire au miens, mais je vous rassure : en aucun cas je n‘ai de lien avec lui. Et pourquoi vous inquiétez-vous pour mon avenir en votre sein ? Qu’il soit rapproché ou non, si je le quitte prématurément, vous n’aurez qu’à faire comme vous le faites toujours : Vous n’aurez qu’à me tuer. Mais je n’ai pas l’intention de vous laisser profiter de ce plaisir, ne vous en déplaise.

Ses minces lèvres s’arquèrent vers ses oreilles fines en un sourire maniaque.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Obsession. [recrutée]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Obsession. [recrutée]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Mattia { “La passion est une obsession positive. L’obsession est une passion négative.”
» Quêtes Obsession (ou Quêtes Espoir)
» Recrutement Greeny [Accepté]
» [Druidesse Taurenne] Tamah [recruté]
» les pirate noir recrute

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
Primum Nocere, Antre de Brakmar, Menalt, Dofus. :: Anti-chambre * :: Orbus Extranius-
Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.Sauter vers: